Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 692,14
    +159,36 (+0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 449,22
    -18,88 (-1,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Taxe foncière : une nouvelle hausse record est à prévoir en 2023

AndreyPopov / iStock

Impôt local prélevé une fois par an par les communes ainsi que les établissements publics, la taxe foncière concerne les propriétaires de biens immobiliers. Après une hausse de 3,4 % en 2022, cette dernière devrait s'élever à 7,1 % au minimum, et ce, partout en France. Femme Actuelle fait le point sur la raison de cette augmentation et les conséquences pour les propriétaires.

La taxe foncière repose sur un calcul des bases de celle-ci, liée à l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH). Cette dernière est mesurée entre novembre N-2 et novembre N-1, rappelle Capital. Cette flambée est donc due à une revalorisation des valeurs locatives cadastrales. Il s’agit d’une hausse générale, concernant toute la France. Autrement dit, pour les communes où le taux d’imposition ne bouge pas, les propriétaires verront leur taxe augmenter de ce niveau au moins en 2023.

Selon le président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), cette augmentation ne devrait pas être compensée par une diminution du taux d’imposition local : "Les besoins de recettes fiscales sont là, tout le monde le sait. Après la suppression de la taxe d’habitation, c’est la seule marge de manœuvre qu’il reste aux municipalités."

Double peine pour les propriétaires. Outre cette hausse globale de la taxe foncière, de nombreuses villes seraient susceptibles de majorer la part communale de l'impôt. C’est le cas de Bordeaux, qui a voté une hausse de 4,5 %. Il en va de même pour Metz et Paris, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite