La bourse ferme dans 1 h 6 min
  • CAC 40

    4 890,41
    -38,87 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 205,07
    -22,80 (-0,71 %)
     
  • Dow Jones

    28 428,86
    +120,07 (+0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1876
    +0,0048 (+0,40 %)
     
  • Gold future

    1 932,30
    +16,90 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    10 508,95
    +1 161,55 (+12,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    250,68
    +5,79 (+2,36 %)
     
  • Pétrole WTI

    41,06
    -0,64 (-1,53 %)
     
  • DAX

    12 666,89
    -70,06 (-0,55 %)
     
  • FTSE 100

    5 811,95
    -77,27 (-1,31 %)
     
  • Nasdaq

    11 593,25
    +76,75 (+0,67 %)
     
  • S&P 500

    3 460,80
    +17,68 (+0,51 %)
     
  • Nikkei 225

    23 639,46
    +72,42 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    24 754,42
    +184,88 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,3138
    +0,0192 (+1,48 %)
     

«Les taux très bas n'offrent pas d'autre choix que d'acheter des actions»

·2 min de lecture

Thomas Friedberger, directeur général et co-directeur des investissements de Tikehau Investment Management, a dévoilé sa vision des marchés au cours d'un récent webinaire. Forte d'un encours de 26 milliards d'euros, la société de gestion est spécialisée dans des fonds de dette privée, des actifs réels (immobilier de bureau, immobilier commercial, centres logistiques, etc), du private equity, de la gestion obligataire et diversifiée. Malgré la nervosité actuelle des investisseurs, le dirigeant écarte pour l'instant le risque systémique, en raison du soutien financier des banques centrales et des gouvernements. Aux Etats-Unis, 3.700 milliards de dollars d'argent frais ont été injectés dans l'économie depuis le début de la crise sanitaire. C'est 20 fois les montants ajustés de l'inflation du «plan Marshall» et 5,5 fois le «New Deal». Mais la conséquence est une aggravation de la dette publique américaine à 125% du produit intérieur brut et le maintien en vie d'entreprises dont le levier financier est trop élevé. Et la baisse de l'ebitda liée à la crise ne fait que renforcer cet excès d'endettement. Un excès d'endettement généralisé Ce qui à terme ralentit la croissance et l'investissement, augmente la dette et participe à une mauvaise allocation du capital. L'économie financière est alors découplée de l'économie réelle : le troisième trimestre a été euphorique sur les marchés, alors que PIB devrait reculer cette année de 8% aux États-Unis et de 10% en Europe. Mais des taux d'intérêt durablement très bas, ne laissent pas d'autre choix aux investisseurs que d'acheter des actifs risqués. La dispersion des rendements est de plus en plus marquée entre les meilleures entreprises qui augmentent leur avantage compétitif, et les sociétés «zombies» en mode survie qui doivent consacrer leur cash flow à rembourser la dette. Toutefois, les taux longs ont cessé de Cliquez ici pour lire la suite