La bourse ferme dans 8 h 24 min

Taux: tension enrayée, '10 ans' grec mieux noté que les BTP!

(CercleFinance.com) - Très légère détente des taux de part et d'autre de l'Atlantique pour conclure une semaine placée sous le signe d'une nette repentification de la courbe des taux.
Les T-Bonds avaient vu leur rendement culminer vers 1,95% la veille, ils en avaient terminé vers 1,93%, ils cotent autour de 1,92% ce vendredi (et la séance n'est pas finie à New York).

Embellie tout aussi anecdotique pour les OAT qui confirment qu'elles sont repassées en régime de rendement positif, à +0,027% (contre +0,04% la veille) après avoir testé +0,08% en cours de séance.
Les Bunds se détendent également de -1Pt de base à -0,260% mais sur la semaine, cela donne +12Pts de base (à comparer avec les +11Pts sur les T-Bonds qui prennent +25Pts en 4 semaines).

Les marchés n'ont pas réagi ce vendredi lorsque Donald Trump a déclaré qu'un 'trade deal' avec la Chine se signera aux Etats Unis... mais le coup de 'comm' pour cette fois, ne prend pas.

Pas de précision en effet ni sur la date ni sur le périmètre de l'accord, et surtout, Pékin n'a pas obtenu une suppression simultanée des surtaxes douanières : dans ces conditions, la Chine ne signera rien, ce sera donc à Trump de faire le 'geste' qui débloque la situation... et il confirme qu'il n'a pas autorisé la levée des sanctions douanières US, ce que Pékin a toujours considéré comme inacceptable.

Comme la veille, le calendrier économique de ce vendredi s'annonçait passablement insignifiant ce vendredi. L'indice de confiance des consommateurs du Michigan ressort en légère hausse à 95.7 contre 95.5 en octobre

En France, les exportations sont en faible croissance, alors que les importations sont quasiment stables en septembre, conduisant à un creusement du déficit commercial à -5,6 milliards d'euros, contre -5,4 millions le mois précédent.

La production se redresse dans l'industrie manufacturière en septembre (+0,6% après ?0,8%), et plus légèrement dans l'ensemble de l'industrie (+0,3% après ?0,9%), selon les données CVS-CJO de l'Insee.

Mais si ce vendredi nous apporte matière à réflexion, cela se situe au niveau d'une volte face des investisseurs en bons du Trésor: ils considèrent désormais que l'Italie devient un emprunteur plus risqué que la Grèce.
Les BTP ont vu leur rendement grimper vers 1,38% tandis que le '10 ans' grec n'affichait plus que 1,24% en milieu de journée.

C'est d'autant plus surréaliste que l'actuel gouvernement italien -pro-Européen a le soutien de Bruxelles.
Mais la question que cette inversion soulève est : l'Italie va t'elle bénéficier de celui de la BCE autant que la situation l'exige ?

Vendredi soir, les BTP italiens et le '10 ans' grec affichent une configuration plus habituelle à 1,29% et 1,315% respectivement.

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.