La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 785,95
    -300,09 (-0,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 570,16
    -14,40 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0918
    +0,0052 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 138,75
    -216,40 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    521,79
    +279,11 (+115,01 %)
     
  • S&P 500

    4 060,65
    -15,95 (-0,39 %)
     

Taux de l’usure : enfin une amélioration !

Dès le 1er février prochain, le taux de l’usure sera lissé, à titre exceptionnel, pendant la période de plus forte remontée des taux et la publication de ce taux sera mensuelle et non plus trimestrielle, a annoncé la Banque de France ce vendredi 20 janvier 2023. Cette nouveauté temporaire sera appliquée du 1er février au 1 er  juillet prochain.

Rappelons que le taux de l’usure est calculé à partir du taux effectif moyen pratiqué par les établissements de crédit pendant un trimestre augmenté d’un tiers. Le décalage du calcul et de la période de référence a porté préjudice à nombre d’emprunteurs. Car ces derniers mois, le calcul était réalisé sur une base de taux bas, ce qui aboutissait à un taux d’usure peu élevé applicable durant un trimestre alors que, dans le même temps, les banques commercialisaient des crédits dont les taux évoluaient à la hausse en permanence.

Taux d’usure et taux de crédit n’évoluaient pas dans le même espace temps. Par exemple, en janvier, le taux de l’usure s'élève à 3,41%. Il a été calculé sur le taux effectif moyen pratiqué au 4e trimestre 2022. Sans cet assouplissement, il serait resté inchangé jusqu’à la fin du mois de mars, même en cas de forte augmentation des taux de crédit dans les banques.

Une publication mensuelle

Les emprunteurs pouvaient être bloqués durant des semaines avant de refaire une demande de prêt. «Avec cette nouvelle formule, les dossiers qui étaient limite avaient une fenêtre de tir de quinze jours en début de trimestre. Désormais, ils auront une opportunité de quinze jours par mois», explique Cécile Roquelaure, directrice des Cliquez ici pour lire la suite