La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 705,33
    -867,16 (-4,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Taux d'intérêt: Pourquoi la BCE va frapper fort contre l’inflation

AFP - JOHN THYS

INTERVIEW - La Banque centrale européenne (BCE) doit annoncer ce 8 septembre une forte hausse de ses taux d’intérêts. L’économiste Eric Monnet y voit un moyen pour l’institution de Francfort de rappeler son objectif premier de lutte contre l’inflation, alors qu’elle a massivement racheté les dettes des Etats européens ces dernières années.

Auteur de La Banque providence (Seuil, 2021) et professeur à l’Ecole d’économie de Paris, Eric Monnet est un spécialiste de l’histoire des banques centrales. A ses yeux, la BCE est devenu un "pilier de l’Etat-providence" en Europe et ses décisions devraient être davantage soumises au contrôle des députés européens.

Pensez-vous que la Banque centrale européenne (BCE) annoncera ?

C’est fort probable. L’augmentation des taux d’intérêts est la principale arme de la BCE pour lutter contre la . Or, l’inflation s’établit désormais à 9% par an dans la zone euro, largement au-dessus des 6% anticipés il y a quelques mois. Dans ces conditions, la BCE, dont le premier objectif demeure la stabilité des prix, se doit de réagir. Elle le fera d’autant plus volontiers qu’étant donné la faiblesse de ses taux actuels, il y a peu de chance qu’une hausse -même de 0,75 point, qui porterait le principal taux à 1,25%- ait un impact très négatif sur l’activité à court terme.

Est-ce une bonne nouvelle?

L’inflation a atteint un tel niveau qu’elle fait planer beaucoup d’incertitudes sur l’économie. Il est donc impératif que la BCE intervienne. En renchérissant le coût des emprunts pour les ménages et les entreprises, elle vise un ralentissement de l’activité qui aura un effet sur les prix en diminuant la demande. Surtout, en augmentant ses taux fortement en une seule fois, elle envoie un signal à tous les acteurs économiques: elle montre qu’elle ne laissera pas filer les prix sans réagir. Le but de ce signal est d’influencer les anticipations des entreprises et des ménages pour éviter les phénomènes de spirales.

Est-ce que ce sera efficace?

Difficile à prévoir, surtout à court terme, tant il y a justement une dimension "psychologique" dans l’impact économique de cette hausse des taux d’intérêts. Une chose est certaine, elle aura très peu d’effet , qui dépend d’abord de l’évolution de la guerre en Ukraine, de la politique russe et des réactions européennes

La BCE a-t-elle mis trop de temps à ré[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi