La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 955,05
    +237,96 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    11 547,58
    +153,77 (+1,35 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 309,76
    +211,96 (+1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,45
    +7,66 (+1,48 %)
     
  • S&P 500

    4 059,11
    +41,34 (+1,03 %)
     

Le taux d’usure mensualisé va débloquer (un peu) le crédit immobilier

Charles Platiau

Réclamée par les courtiers depuis des mois, la révision des modalités d’application du taux d’usure sera effective au 1er février. L’accès au crédit immobilier devrait se dégripper progressivement, mais la poursuite de la hausse des taux d’intérêt guette.

Avec un nombre de crédits immobiliers accordés en chute libre en fin d’année 2022, le marché immobilier a ralenti l’an dernier à 1,1 million de transactions dans l’ancien, tandis que les ventes de logements neufs ont chuté d’un tiers. Tout au long du second semestre passé, les courtiers en crédit ont multiplié les alertes auprès de la Banque de France sur les difficultés d’accès au crédit immobilier des ménages. A la remontée rapide des taux d’intérêt et aux normes prudentielles devenues obligatoires du Haut conseil de stabilité financière s’ajoutait un blocage né de l’application du taux d’usure, destiné à protéger les emprunteurs contre les taux prohibitifs. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, sur 2022, le nombre de prêts accordés a chuté de 20,5% par rapport à l'année précédente.

Un calcul mensuel du 1er février au 1er juillet

Calculé tous les trimestres, le taux d’usure sera calculé tous les mois, à partir du 1er février et jusqu'au 1er juillet vient d’annoncer la Banque de France. Cet "ajustement technique" vient confirmer la piste envisagée la semaine dernière après une réunion entre le ministère de l'Economie et des Finances, la Banque de France, des banquiers et des courtiers. Depuis plusieurs mois, les taux d'intérêt sont remontés dans le sillage des taux directeurs de la Banque centrale européenne et plus vite que le taux d'usure, aboutissant à un nombre de refus de prêts élevé. Ajusté mensuellement, cela devrait donc permettre un suivi plus fin de la remontée des taux d’intérêt et moins de blocage des demandes de crédit pour les emprunteurs.

La hausse des taux va se poursuivre

Selon la Banque de France, en fin de trimestre "certains dossiers, dans l'attente de la prochaine hausse trimestrielle significative du taux d'usure, sont ainsi reportés au début du trimestre suivant", créant un déséquilibre dans la répartition des crédits. "Cette actualisation mensuelle est une très bonne nouvelle mais pour autant, cela risque de contribuer à l’accélération [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi