La bourse ferme dans 6 h 5 min
  • CAC 40

    6 300,64
    +13,57 (+0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,58
    -0,41 (-0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    +0,0056 (+0,47 %)
     
  • Gold future

    1 788,20
    +8,00 (+0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    47 204,94
    -986,19 (-2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 289,92
    -101,79 (-7,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,04
    -0,09 (-0,14 %)
     
  • DAX

    15 444,77
    -14,98 (-0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 025,95
    +6,42 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3885
    +0,0046 (+0,33 %)
     

Taux d’intérêt : “la Fed dit ne croire que ce qu’elle voit, sur l’emploi !”

·1 min de lecture

Alors que les marchés anticipent un début de normalisation monétaire, la Fed n’a annoncé aucun changement de sa politique lors de son comité (FOMC) du 17 mars et son président Jerome Powell n’a même envoyé aucun signal en ce sens lors de sa conférence. Dans ce contexte de hausse de taux longs et alors que l’économie américaine est encore sinistrée (9,5 millions d’emplois sont encore manquants par rapport à avant la pandémie), la Fed pouvait difficilement faire autrement : acter dès maintenant la normalisation monétaire aurait vraisemblablement encore plus fait monter les taux longs.

Les membres du FOMC ont certes revu à la hausse leurs prévisions de croissance pour 2021, de 4,2 à 6,5%, mais on aurait pu s’attendre à bien davantage après l’adoption récente du plan Biden de 1900 Mds $. En conférence de presse, Powell a d’ailleurs reconnu que la Fed avait fait des « hypothèses très conservatrices » sur les effets multiplicateurs de ce plan. Surtout, le principal axe de communication de Powell a été d’insister de façon lourde et répétée sur le fait que seuls les chiffres constatés avaient de la valeur, pas les prévisions. En d’autres termes, la Fed veut voir de bons chiffres (notamment en termes de créations d’emplois), pour commencer à communiquer sur la normalisation monétaire, et ne se contentera pas de prévisions, aussi optimistes soient-elles.

>> A lire aussi - BCE, Fed... les banques centrales sont prises à leur propre piège

En réalité, 2021 rappelle beaucoup 2013 en ce qui concerne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le pétrole a puisé son potentiel, gare à la rechute : le conseil Bourse du jour
La Hongrie approuve un nouveau vaccin anti- Covid-19 de la Chine
Rattrapé par le scandale Jeffrey Epstein, le patron d’une société d’investissement tire sa révérence plus vite que prévu
Bourse : 3 interventions de la Fed à haut risque pour Wall Street ?
Alibaba, Ant, JD… la Chine serre la vis à ses “Gafa”