Publicité
La bourse ferme dans 6 h 8 min
  • CAC 40

    7 809,90
    -54,80 (-0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 005,23
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0813
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    2 333,30
    -21,50 (-0,91 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 407,74
    +34,42 (+0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 422,45
    +9,49 (+0,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,03
    -0,47 (-0,60 %)
     
  • DAX

    18 507,68
    -123,18 (-0,66 %)
     
  • FTSE 100

    8 187,55
    -27,93 (-0,34 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • GBP/USD

    1,2796
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Tarn-et-Garonne: un pilote jugé pour avoir décapité en plein vol un adepte de wingsuit

Une peine de 12 mois de prison avec sursis a été requise mardi contre un pilote employé dans un club de parachutisme du Tarn-et-Garonne pour avoir décapité en plein vol un homme de 40 ans qui faisait du wingsuit.

Le 27 juillet 2018, Nicolas Galy, un ingénieur en aéronautique, avait été heurté, à 4000 mètres d'altitude, par une aile de l'avion duquel il venait de sauter dix secondes plus tôt.

Le pilote interdit de vol lors de l'accident

Le wingsuit consiste à sauter dans le vide en combinaison de saut souple ailée avant d'ouvrir son parachute.

Le pilote, salarié de l'Ecole de parachutisme de Midi-Pyrénées, à Bouloc-en-Quercy (Tarn-et-Garonne), n'aurait pas dû piloter ce jour-là, son état de santé lui interdisant de piloter seul, temporairement, selon l'enquête menée par le Bureau enquête accident (BEA) de l'aviation civile.

PUBLICITÉ

Poursuivi pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Montauban, le pilote de 64 ans a dit à l'audience qu'il pensait que sa licence était valide.

L'Ecole de parachutisme de Bouloc-en-Quercy est également poursuivie dans cette affaire pour manquement en matière de sécurité. La procureure a requis 20.000 euros d'amende, dont 10.000 avec sursis, contre l'association, accusée de n'avoir pas vérifié la licence de son salarié.

"La pratique est extrêmement dangereuse"

Depuis le drame, les mesures de sécurité se sont renforcées et sont plus draconiennes et les briefings sont devenus obligatoires, souligne la présidente de l'école, Isabelle Deschamps. Elle ajoute que le prévenu, chef pilote du club, était lui-même chargé de vérifier les licences des autres pilotes. Avocate de la partie civile, Emmanuelle Franck déplore "beaucoup d'imprudence ou de négligence".

Aussitôt après le largage, le pilote de l'appareil avait entamé sa descente vers le tarmac de l'aérodrome. Aucune concertation avant le saut n'était intervenue sur la trajectoire à tenir.

La présidente du tribunal a pointé un manque de communication entre la victime et le pilote. Pour le ministère public, "la victime est le seul qui a respecté la réglementation sans négligence". "Ce drame touche tout le monde et nous partageons la douleur des victimes. La pratique est extrêmement dangereuse. Voler, on touche à la limite de l'être humain", a dit pour la défense du pilote Elsa Correa Barbaris.

La décision a été mise en délibéré au 21 novembre.

Article original publié sur BFMTV.com