Marchés français ouverture 3 h 27 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 107,98
    +89,65 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,1929
    +0,0018 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    28 709,79
    +151,20 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    31 770,86
    -1 111,39 (-3,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    940,40
    -29,48 (-3,04 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Baisses de tarifs, formule télétravail... La SNCF applique la recette Ryanair

·2 min de lecture

Fortement touchée par la crise sanitaire et portée par la transition climatique, la SNCF veut doubler le nombre de ses clients d'ici dix ans, grâce à une nouvelle politique tarifaire et promotionnelle plus claire et une stratégie axée sur le volume.

Si Guillaume Pepy rêvait de faire de la SNCF, l’Air France du rail, son successeur, Jean-Pierre Farandou cherche plus à s’inspirer de Ryanair pour relancer le TGV. Son leitmotiv: du volume et des petits prix. Aujourd'hui, "seuls 10% des gens choisissent le train, alors que 85% prennent encore la voiture. Je veux que d'ici dix ans, la part de la voiture diminue à 75% et celle du train atteigne 20%, s’est fixé comme objectif le PDG de la compagnie qui présentait ce mardi 1er juin une refonte de la politique tarifaire pour les TGV et les Intercités. Cela implique de doubler le nombre de voyageurs en dix ans dans les trains".

avait prévenu que le retour à la normal serait long, avec le risque de voir une partie de la clientèle business, la plus contributrice, prendre moins souvent le train du fait des nouvelles habitudes de télétravail. D’où l’urgence à ses yeux "de réinventer le modèle". En tablant sur deux leviers: une -énième- refonte de la politique tarifaire et un mode de production plus efficace grâce à l’arrivée, en 2024, du TGV M. Un train à grande vitesse de nouvelle génération, moins cher à exploiter, plus flexible et plus écolo.

Baptisé en interne "EasyTGV", la stratégie présentée le 1er juin est d’abord censée casser l’image de cherté qui colle à la peau du vaisseau amiral. En simplifiant le maquis des tarifs qui agace les clients. Plus d’une dizaine par train! Pour ce faire, la SNCF a fait plancher pendant plus de six mois ses équipes en interne, mais également des économistes, des consultants et des usagers, sur des idées plus ou moins disruptives. Celle de créer un tarif fixe en première classe a ainsi vite été écartée, tout comme celle d’abandonner le sacro-saint yield management. Ce système inspiré de l'hôtellerie et de l'aérien consistant à faire varier les prix en fonction du degré de remplissage des trains.

Un tarif plafonné de 39 à 79 euros maximum

Désormais, il s’agit plutôt de le brider: parmi les sept nouvelles mesures présentées, la SNCF lanc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles