La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 760,34
    +31,59 (+0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Tanzanie: les autorités confirment une attaque de l'EI

·1 min de lecture

La police tanzanienne a confirmé que le pays a fait l'objet d'une attaque de l'État islamique dans le village de Kitaya à la frontière avec le Mozambique. L'attaque a eu lieu la semaine dernière, faisant plusieurs morts. Elle a été revendiquée par la branche Afrique centrale de l'État islamique.

Des vidéos et photos montrent des bâtiments en feu. Les assaillants crient « Allah Akbar » et tranchent la gorge d'un homme sans vie. L’attaque a été revendiquée dès le 15 octobre par l'État islamique. Ce que confirme finalement la police tanzanienne. Simon Sirro directeur général de la police.

« C’est vrai, la semaine dernière, plus de 300 terroristes du Mozambique ont attaqué le village de Kitaya. Ils ont pillé et assassiné plusieurs personnes. Nous les avons suivis et avons réussi à en arrêter quelques-uns, dont certains sont des Tanzaniens. Mais je voudrais assurer le pays comme je le dis toujours : si vous tuez un Tanzanien, nous nous battrons durement ».

Une région gazière

Le village de Kitaya se trouve à la frontière avec le Mozambique. Une insurrection jihadiste est active dans la province frontalière côté Mozambique depuis 2017. Selon les ONG locales et l'ONU, cette crise sécuritaire aurait déjà causé la mort de plus de 2 000 personnes et fait plus de 300 000 déplacés.

Cette région est stratégique puisqu'à quelques dizaines de kilomètres de la côte tanzanienne se trouvent des champs gaziers. Cette attaque intervient également peu de temps avant les élections présidentielles prévues le 28 octobre prochain.

►À écouter aussi : Invité Afrique - Mozambique : « La voie militaire ne va pas nous apporter une solution »