Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 737,55
    +314,17 (+0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 372,90
    -0,94 (-0,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

TÉMOIGNAGE. "Je souffre d'un rare trouble de la personnalité qui fait que je me prends pour le diable"

Pexels

Un groupe d’amis qui ne se quittent jamais. C’est comme cela que Jennifer Dumaresq, une jeune Canadienne de 33 ans ayant déménagé au Colorado, décrit son trouble dissociatif de l’identité (TDI). Comme elle l’a raconté au Mirror, Jennifer cohabite avec plusieurs personnalités en permanence. Grâce à un diagnostic tardif, elle peut désormais vivre de façon quasi-normale en gérant au mieux toutes les personnalités, les "alters", qui l’habitent. Mais avant de réussir à mettre des mots sur sa maladie, la jeune femme ingénieure dans l’aérospatial a vécu des années difficiles. Quand elle avait 20 ans, son trouble dissociatif de l’identité a commencé avec des épisodes amnésiques suite auxquels elle se retrouvait dans une situation sans savoir comment elle en était arrivée là. "Je trouvais des blessures sur mon corps, je me réveillais avec des boîtes de médicaments vides et aucun souvenir d’en avoir pris. Je n’avais aucune idée que j’avais d’autres identités qui prenaient le contrôle". Effrayée et redoutant les stigmas qui entourent les maladies mentales, Jennifer a essayé de gérer la situation pendant quelques temps, mais la situation a empiré. "J’avais parfois le sentiment d’être un homme, ou un enfant, ou un ado en colère. Je me suis retrouvée hospitalisée plusieurs fois" explique-t-elle. Ce n’est qu’après une séance avec sa thérapeute que Jennifer a fini par être diagnostiquée.

Un traumatisme à l’origine (...)

Lire la suite sur Closer

Calogero : quel lien unit sa femme, Marie Bastide, à Florent Pagny ?
Kate Middleton : coiffure wavy et bandages aux doigts… son arrivée remarquée en prison !
Guy Roux : "Il est parti...", ce jour où il s’est retrouvé à garder les enfants de Nicolas Sarkozy
Elle tente de caresser deux chiens qu’elle n’aurait jamais dû approcher, l’issue est abominable
Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : ce que l’on sait des propriétaires de la maison investie par les enquêteurs