La bourse ferme dans 5 h 23 min
  • CAC 40

    5 788,55
    +85,33 (+1,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 687,46
    +51,02 (+1,40 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2055
    -0,0032 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 743,70
    +14,90 (+0,86 %)
     
  • BTC-EUR

    39 485,34
    +1 811,91 (+4,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    956,88
    +23,74 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,33
    +0,83 (+1,35 %)
     
  • DAX

    13 942,12
    +155,83 (+1,13 %)
     
  • FTSE 100

    6 587,52
    +104,09 (+1,61 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3964
    +0,0042 (+0,30 %)
     

Le témoignage bouleversant de Sandrine, victime d’inceste

·2 min de lecture

"La honte doit changer de camp, je n'ai pas à avoir honte de ce que j'ai subi." Sandrine a bientôt 54 ans et a été abusée par son beau-père, Jacques, entre ses 10 ans et ses 12 ans. Un secret porté pendant des années. Comme des centaines d'autres victimes d'inceste, elle a témoigné sur Twitter via le hashtag #MetooIncest ce week-end, quelques jours après la révélation de l'affaire Duhamel. Sur Europe 1, elle raconte les abus subis, comment elle a réussi à se "tirer d'affaire", et pourquoi elle décide aujourd'hui de témoigner. 

"J'étais comme un pantin"

"C'est vrai que l'émission 'La Grande Librairie' [mercredi soir, ndlr] et le témoignage de Camille Kouchner ont été un déclencheur pour moi", raconte-t-elle. En écoutant parler Camille Kouchner, qui accuse son beau-père Olivier Duhamel d'avoir violé son frère jumeau alors qu'ils étaient âgés de 14 ans, la parole de Sandrine s'est libérée publiquement.

"Il faut dire ce qui a été fait, parce qu'à 10 ans je ne l'ai pas dit à ma mère. Si je l'avais fait, ça se serait arrêté." C'est à la faveur de la mort de la petite sœur de Sandrine que son beau-père passe à l'acte. "Il a joué là-dessus, [...] il me disait 'tu ne dis rien à ta mère parce qu'elle va être triste'. Et je savais qu'elle était triste puisque ma sœur était décédée peu de temps avant, à l'âge de 14 mois". 

Sandrine poursuit son récit : "il se mettait nu, prenait un bain et me demandait de le laver. Je ne voulais pas spécialement mais il me disait 'tu as le droit de faire ...


Lire la suite sur Europe1