Marchés français ouverture 7 h 32 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 018,33
    -272,68 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,1919
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 558,59
    +121,75 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    31 908,49
    -368,68 (-1,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    938,66
    -31,22 (-3,22 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Télétravail: Mes Chaussettes Rouges va lancer des pantoufles innovantes

·2 min de lecture

Jacques Tiberghien, diplômé de l’ESCP, a lancé en 2009 avec son ami Vincent Metzger ce distributeur qui offre la plus grande gamme de marques de chaussettes de luxe du monde. Il est l'invité du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - Comment vous êtes-vous lancé dans les chaussettes?

Jacques Tiberghien - Lors d’un voyage à Rome, quand nous étions étudiants, Vincent Metzger et moi avons acheté une trentaine de paires des chaussettes du tailleur du pape Gammarelli. Nous les avons revendues en ligne. Et le succès a été immédiat. Nous avons identifié que le marché de la chaussette (1 milliard d’euros en France) manquait de marques fortes.

Lire aussi

Comment avez-vous réussi à signer avec Gammarelli?

Très facilement. Très vite, nous avons eu l’exclusivité mondiale. Jusque-là, ils vendaient surtout des soutanes à des cardinaux ou à des évêques, donc très peu de chaussettes et très peu en France. Nous leur avons permis de se faire connaître du grand public. En février dernier, le contrat a été reconduit pour dix ans. Au fur et à mesure, nous avons élargi notre offre et signé d’autres partenariats, par exemple avec Mazarin, qui fabrique les habits des académiciens. Nous distribuons aujourd’hui plus de 500 modèles de chaussettes de luxe.

Où sont-elles vendues?

Sur Internet et dans notre boutique, ouverte en 2012 à Paris, rive gauche. D’ici à 2022, si le contexte sanitaire le permet, nous en ouvrirons une autre rive droite et une troisième à Lyon ou à Bordeaux. Notre chiffre d’affaires, de 1,8 million l’an dernier, devrait atteindre 2,8 millions en 2021. Internet pèse près de 80% des ventes et l’étranger 50%. , Teddy Riner ou Martin Scorsese font partie de nos clients.

Quels ont été les effets de la pandémie sur votre activité?

Le chiffre d’affaires n’a baissé que de 5% en 2020 grâce à une très bonne fin d’année. Le début de 2021 est positif. Mais nous devons réorienter l’offre vers des produits d’intérieur, plus décontractés. Comme , ils ne s’habillent plus. Nous avons élargi notre gamme de chaussettes invisibles, adaptées aux baskets, et nous dévoilerons à la rentrée des pantoufles inédites, conçues avec un industriel, qui permettent de sortir de chez soi sans mettre de chaussures.

Êtes[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles