La bourse ferme dans 7 h 25 min
  • CAC 40

    6 674,31
    -101,94 (-1,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 044,33
    -65,18 (-1,59 %)
     
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1355
    +0,0062 (+0,55 %)
     
  • Gold future

    1 795,30
    +10,10 (+0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    50 137,40
    -665,60 (-1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 436,26
    +7,33 (+0,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,18
    -1,77 (-2,53 %)
     
  • DAX

    15 067,69
    -213,17 (-1,40 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,64
    -92,31 (-1,30 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     
  • Nikkei 225

    27 821,76
    -462,16 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 475,26
    -376,98 (-1,58 %)
     
  • GBP/USD

    1,3352
    +0,0041 (+0,31 %)
     

Comment le Système solaire est connecté au champ magnétique galactique

·2 min de lecture

Depuis les années 1960, les astronomes sont intrigués par deux structures qu’ils observent dans deux régions bien séparées du ciel. Celle qu’ils appellent l’« éperon polaire nord » et celle qu’ils ont baptisée la « région de l’éventail ». Des structures visibles seulement dans le domaine radio. Aujourd’hui, des chercheurs de l’université de Toronto (Canada) suggèrent qu’elles pourraient en fait correspondre à une seule et unique structure filamenteuse et magnétique, une sorte de tube entourant le bras de local dans lequel est installé notre Système solaire.

S’inspirant d’un article scientifique publié en 1965 et qui posait l’hypothèse que des signaux radio polarisés pourraient être le résultat de notre vision du bras local, depuis l’intérieur de celui-ci, les chercheurs ont imaginé à quoi ces signaux ressembleraient. S’ils étaient considérés d’un point de vue différent. À l’aide de modélisations, de simulations et de données recueillies par des radiotélescopes plus performants aujourd’hui. Ils ont ainsi pu construire un scénario en accord avec les propriétés observées — comme la forme ou le rayonnement — de l’« éperon polaire nord » et de la « région de l’éventail ».

Mieux comprendre les champs magnétiques galactiques

Les chercheurs de l’université de Toronto concluent que le tube magnétique qu’ils imaginent pourrait se situer à environ 350 années-lumière de notre Système solaire. Une distance cohérente avec une estimation publiée récemment de celle qui nous sépare de l’« éperon polaire nord » à partir des données de la mission Gaia. Il pourrait s’étendre sur environ 1.000 années-lumière.

Ces résultats devront encore être validés par d’autres...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles