La bourse est fermée

Syrie: le mufti de Damas tué dans un attentat

·2 min de lecture
Photo diffusée par l'agence syrienne Sana le 20 mai 2019 du mufti de la province de Damas, Adnane al-Afyouni (g) et du président syrien Bachar al-Assad à Damas

Syrie: le mufti de Damas tué dans un attentat

Photo diffusée par l'agence syrienne Sana le 20 mai 2019 du mufti de la province de Damas, Adnane al-Afyouni (g) et du président syrien Bachar al-Assad à Damas

Le mufti de la province de Damas, Adnane al-Afyouni, a été tué jeudi dans l'explosion d'une bombe placée à bord de son véhicule près de la capitale syrienne, a rapporté l'agence officielle Sana en dénonçant une attaque "terroriste".

Agé de 66 ans, le dignitaire religieux sunnite était considéré comme un proche du président Bachar al-Assad, issu de la minorité alaouite, une branche du chiisme. 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le mufti avait joué un rôle de premier plan ces dernières années dans les accords entre pouvoir et rebelles pour faire cesser les combats dans la province de Damas.

Le responsable religieux "est mort après qu'une bombe a été placée dans sa voiture dans la ville de Qoudsaya", au nord-ouest de la capitale Damas, a indiqué Sana, en citant le ministère des Affaires religieuses.

En septembre 2016, le mufti de Damas avait présidé la prière à la mosquée de Daraya, près de la capitale, où M. Assad avait fait une rare apparition en public à l'occasion de la fête de l'Adha.

Daraya était un fief rebelle et les insurgés venaient de l'évacuer après un accord de reddition conclu avec le régime.

Le mufti Afyouni avait alors déclaré que Daraya devait être un exemple pour "la réconciliation entre tous les Syriens et l'abandon des combats" dans le pays déchiré par la guerre depuis 2011.

Les attaques sont devenues très rares dans et autour de la capitale, bastion du régime, depuis que les forces gouvernementales ont chassé les rebelles et les jihadistes de leurs derniers fiefs en 2018.

Après une série de victoires grâce à l'aide militaire de l'allié russe, le régime Assad a repris le contrôle d'environ 70% du territoire syrien.

Déclenché par la répression d'une révolte populaire contre le pouvoir, le conflit s'est transformé en guerre dévastatrice, impliquant une multitude d'acteurs régionaux et internationaux, ainsi que des groupes jihadistes.

La guerre a fait plus de 380.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

mam-lar/tp