Marchés français ouverture 3 h 34 min
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • Nikkei 225

    27 376,40
    -57,00 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,0846
    -0,0011 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    21 789,31
    -280,42 (-1,27 %)
     
  • BTC-EUR

    21 070,77
    -988,20 (-4,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,34
    -19,53 (-3,63 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     

Les syndicats et les partis de gauche s'organisent contre la réforme des retraites

AFP - JULIEN DE ROSA

Les organisations syndicales appellent à une mobilisation le 19 janvier. Jean-Luc Mélenchon dénonce une "grave régression sociale".

Les partis de gauche, le Rassemblement national et l'ensemble des syndicats de salariés sont vent debout contre un recul de l'âge de départ à la retraite à 64 ans, tel que présenté ce 10 janvier par la première ministre Elisabeth Borne.

Réunis en fin d'après-midi le jour même des annonces à la Bourse du Travail à Paris, les dirigeants des huit grands syndicats (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires, FSU) ont appelé à une première journée de manifestations et de grèves le 19 janvier.

Lire aussiÂge légal à 64 ans, cotisation… Borne lance la bataille des retraites - Challenges

"Cette réforme va frapper de plein fouet l'ensemble des travailleurs et travailleuses et plus particulièrement celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, les plus précaires dont l'espérance de vie est inférieure au reste de la population", a déclaré, au nom de l'intersyndicale, le patron de la CFDT Laurent Berger, dont l'exécutif avait un temps espéré le soutien. "La journée du 19 janvier est le démarrage d'une mobilisation pour que le gouvernement recule", a-t-il lancé.

"Nous sommes déterminés à ce que cette réforme ne passe pas" et "on souhaite qu'il y ait le maximum de salariés en grève" le 19 janvier, a abondé son homologue de la CGT, Philippe Martinez. Le patron de Force ouvrière Frédéric Souillot a dénoncé "la réforme la plus injuste pour les salariés de la deuxième ligne et les plus précaires".

Elisabeth Borne persévère

L'intersyndicale se réunit depuis juin à intervalles réguliers, soucieuse d'afficher son unité face à la réforme cardinale du président de la République. Une unité syndicale inédite depuis 12 ans et la mobilisation contre la réforme portée par Eric Woerth, qui avait relevé l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans.

La Première ministre Elisabeth Borne n’a pourtant pas rendu les armes. Elle a estimé sur France 2 que "les syndicats vont sans doute reconnaître ultérieurement que des progrès sont faits dans le cadre de cette réforme des retraites".

LFI [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi