La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 459,03
    -478,01 (-1,55 %)
     
  • Nasdaq

    13 411,05
    -215,02 (-1,58 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2112
    -0,0056 (-0,46 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 390,35
    -1 354,27 (-5,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    618,80
    -21,11 (-3,30 %)
     
  • S&P 500

    3 775,58
    -74,04 (-1,92 %)
     

Les syndicats CGT, FSU et Solidaires appellent à la mobilisation pour l'emploi le 4 février

·1 min de lecture

Les syndicats CGT, FSU et Solidaires et quatre organisations de jeunesse appellent à "un temps fort de mobilisation et de grève" interprofessionnelles, le 4 février, pour l'emploi et les services publics et contre la précarité, ont-ils annoncé mardi dans une déclaration commune.

Les syndicats CGT, FSU et Solidaires et quatre organisations de jeunesse appellent à "un temps fort de mobilisation et de grève" interprofessionnelles, le 4 février, pour l'emploi et les services publics et contre la précarité, ont-ils annoncé mardi dans une déclaration commune.

"Les organisations appellent, dans une dynamique de convergences et de renforcement des luttes, à un temps fort commun interprofessionnel de mobilisations et de grève le 4 février 2021", écrivent les signataires (CGT, FSU, Solidaires, les étudiants de l'Unef et les lycéens de la FIDL, du MNL et de l'UNL).

Cette date du jeudi 4 février suivra "trois journées phares dans la santé le 21, dans l'éducation nationale le 26 et dans l'énergie le 28 janvier", précise le communiqué.

La "provocation" d'une hausse du Smic "en-dessous de 1%"

L'intersyndicale rappelle le difficile contexte économique de 2020, lourdement marqué par la crise sanitaire. "Pas une journée ne se passe sans une nouvelle annonce de plan de suppressions d'emplois, de fermetures d'entreprises ou restructurations et réductions de services", déplore-t-elle.

Sont en outre soulignées la "provocation" que représente (+0,99% au 1er janvier prochain), l'absence de geste "pour les premiers de corvée, exposés depuis le début de la pandémie" ainsi que "les attaques liberticides du gouvernement (qui) se multiplient".

(avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi