Publicité
Marchés français ouverture 6 h 14 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 843,47
    -56,55 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0866
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 827,35
    +218,41 (+1,17 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 708,37
    +489,66 (+0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 492,98
    +8,78 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Un syndicat dénonce une dégradation "sans précédent" des conditions d'accueil et d'exercice aux Urgences

AFP/Archives - SEBASTIEN BOZON

L'été 2023 a vu une détérioration "sans précédent" des services d'urgence et des SMUR en France. Face à des fermetures massives et des conditions de travail alarmantes, le syndicat Samu-Urgences de France appelle à une action urgente.

La situation des services d'urgence et des SMUR a "continué de se dégrader" au cours de l'été 2023 pour atteindre une tension "sans précédent", déplore le syndicat Samu-Urgences de France dans un bilan publié mercredi. "Le système donne l'illusion d'avoir tenu" indique le syndicat dans un communiqué. "Mais les conditions d'accueil et de soins sont profondément altérées. Les conditions de travail sont devenues insupportables et inhumaines pour nos professionnels épuisés. La sécurité sanitaire n'est parfois plus assurée, y compris pour l'urgence vitale."

"Quasiment tous les départements sont concernés"

Le syndicat, qui regrette "l'absence de recueil centralisé" des données sur les difficultés rencontrées par les services, a réalisé lui-même une enquête auprès des services mobiles d'urgences et de réanimation (SMUR) et des urgences sur les conditions de travail observées en juillet et août. Selon ce bilan, portant sur "plus de la moitié" des 680 structures d’urgence en France, 163 service d'urgence ont fermé au moins une fois au cours des deux mois d'été, tandis que 166 SMUR ont fermé au moins une unité sur la période. "La nouveauté, c'est que l'an dernier, c'était quelques services par-ci par-là. Cette année, quasiment tous les départements sont concernés", a souligné auprès de l'AFP Marc Noizet, président du syndicat et chef des urgences et du Samu de Mulhouse (Haut-Rhin).

PUBLICITÉ

De même, 157 services d'urgence disent avoir fermé au moins une ligne médicale, en lien avec les fortes tensions sur la disponibilité des médecins urgentistes, notamment depuis avril 2023 et l'entrée en vigueur de la loi Rist sur l'intérim médical. "Il y a des tas de service qui tiennent à bout de bras un fonctionnement, avec des médecins en moins pour accueillir les patients", indique le Dr Noizet. "C'est catastrophique en termes de délais d'attente, de sécurité du patient, d'épuisement des équipes et de qualité des soins". Concernant les SAMU-Centres 15, trois-quarts d'entre eux disent avoir eu b[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi