La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 870,55
    +92,79 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 448,58
    -303,65 (-2,21 %)
     
  • Nikkei 225

    29 518,34
    +160,52 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    -14,99 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    46 216,11
    -1 297,74 (-2,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 496,90
    -64,40 (-4,12 %)
     
  • S&P 500

    4 204,11
    -28,49 (-0,67 %)
     

Un syndicat Amazon aux Etats-Unis? le camp du "non" l'a emporté

·2 min de lecture

Un syndicat Amazon aux Etats-Unis? Après beaucoup de tensions et un vote à rallonge, le camp du "non" l'a finalement emporté.

Le camp du non l'a emporté. Les salariés pro-synicat d'Amazon ont subi une défaite vendredi 9 avril, après un long décompte, à l'issue d'un vote historique sur la création d'un syndicat dans un entrepôt du groupe dans l'Etat américain de l'Alabama. Le calcul des voix avait repris vendredi, après avoir été interrompu jeudi soir.

Un peu plus de 5.800 employés étaient appelés à se prononcer, et 3.215 bulletins ont été reçus, soit une participation de 55%. Pour emporter le vote il suffisait d'une majorité simple des bulletins exprimés, soit 1608 voix. Les "oui" ne l'ont pas atteint. En Bourse, le titre Amazon a été en très légère baisse de 0,3% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de Wall Street.

"Notre système est cassé et Amazon en a largement profité", avait déclaré jeudi 8 avril Stuart Appelbaum, le président du RWDSU, le syndicat de la distribution que des employés de l'entrepôt de Bessemer (sud des Etats-Unis) voulaient rejoindre."Nous appellerons l'agence fédérale du droit du travail à demander des comptes à Amazon sur son comportement illégal et choquant pendant la campagne", a assuré le syndicaliste. Le mouvement de Bessemer a pris une dimension nationale. Il a vu s'opposer les soutiens aux employés syndicalistes - des artistes, des parlementaires démocrates et républicains, et même le président Joe Biden - et Amazon, dont les affaires ont prospéré pendant la pandémie.

Cadences infernales

Le groupe de Seattle et le RWDSU se sont affrontés en ligne. Sur le terrain, Amazon a fait valoir ses arguments contre la syndicalisation à coup de textos, d'affiches et de réunions d'information hebdomadaires dans l'entrepôt depuis des mois, tandis que les syndicalistes démarchaient les employés à l'entrée de l'entrepôt jour et nuit. Les salariés pro-syndicats se plaignent de cadences infernales, du manque de temps pour aller aux toilettes ou pour manger, du manque de protections en matière de sécurité (notamment contre le Covid-19) et de salaires insuffisant[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi