La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 319,18
    -267,52 (-1,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Switch Mobility conçoit ses bus électriques comme des Formule 1

Switch Mobility

A la tête de Switch Mobility, entreprise spécialisée dans les bus électriques, on trouve l’ancien patron d’Aston Martin, Andy Palmer. Comme en compétition et à contre-courant de ses rivaux, celui-ci mise sur la légèreté et la haute technologie pour la conception de ses véhicules.

A Londres, on pourrait imaginer que les fameux bus rouges à double étage sont immuables. Et pourtant… le légendaire Routemaster a commencé à céder sa place il y a dix ans au New Routemaster. Mais cette nouvelle génération au design particulièrement soigné reste hybride et utilise à ce titre un moteur thermique. Depuis, d’autres outsiders se sont engagés sur le marché avec des bus totalement électriques, qui semblent représenter la voie d’avenir dans la capitale britannique. "La métropole de Londres donne une direction claire sur la mobilité électrique, avec peut-être la place pour une portion plus faible de modèles à hydrogène", estime Andy Palmer, PDG de Switch Mobility. Cette entreprise, qui s’appelait Optare avant le mois de novembre 2020, dispose déjà d’un parc roulant d’une petite centaine de bus à impériale à Londres. Elle embauche 779 personnes et son chiffre d'affaires est de 40 millions de livres sterling en 2021. Désormais, elle compte étendre son champ d’action à l’Europe continentale.

"Les réglementations et besoins concernant les bus sont assez différents au Royaume-Uni et en Europe", explique Andy Palmer. Si, de l’autre côté de la Manche, la longueur moyenne est de 10,5 mètres, elle est de 12 mètres en Europe. Voilà pourquoi Switch Mobility a présenté au salon European Mobility Expo le Switch e1, un spécifique pour s’attaquer à ce marché. Bien que toujours conçu au Royaume-Uni, celui-ci profitera d’équipes dont le métier sera de répondre aux besoins spécifiques des exploitants de chaque pays. Egalement, il sera produit dans une usine flambant neuve en Espagne, à Valladolid. "Je veux que Switch Mobility soit une entreprise neutre en carbone", reprend Andy Palmer. "C’est beaucoup plus facile avec un bâtiment conçu dans cette optique."

L'ancien patron d'Aston Martin aux commandes

Le CV d’Andy Palmer a de quoi laisser rêveur… Il est auparavant passé chez Nissan, où il a été responsable du développement de la , une des premières voitures électriques de nou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles