Marchés français ouverture 3 h 15 min
  • Dow Jones

    31 188,38
    +257,86 (+0,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,25
    +260,07 (+1,97 %)
     
  • Nikkei 225

    28 768,51
    +135,05 (+0,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    30 012,19
    +369,91 (+1,25 %)
     
  • BTC-EUR

    28 636,82
    +24,77 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    687,90
    -12,71 (-1,81 %)
     
  • S&P 500

    3 851,85
    +52,94 (+1,39 %)
     

Swile: comment le dernier-né des titres-restaurant en Occitanie a renversé la table

·2 min de lecture

L'entreprise montpelliéraine annonce que Carrefour, premier employeur privé de France, a opté pour sa solution dématérialisée de titres-restaurant.

Pas invitée, Swile, dernière-née des sociétés éditrices de titres-restaurant, s'est, en trois années d'existence à peine, imposée à la table . Son récent fait d'arme ? La conquête des titres-restaurant de Carrefour, l'un des plus importants employeurs privés de France, ravi à Edenred. "C'est une belle prise de guerre", commente dans un sourire Loïc Soubeyrand, fondateur et actionnaire de référence de Swile.

De fait, la conversion de Carrefour aux solutions 100% dématérialisées de Swile fera bondir la part de marché de cette société installée à Montpellier (Hérault) qui, de trublion se retrouve au centre du jeu. "Nous prévoyons d'éditer 1 milliard d'euros de titres-restaurant en France d'ici à la fin de l'année [contre 600 millions d'euros en 2020, NDLR] sur un marché de 7 milliards d'euros", projette Loïc Soubeyrand dont l'entreprise revendique 12.000 sociétés clientes et 350.000 utilisateurs.

Lire aussi

De la boulangerie cévenole à la brasserie parisienne

L'atout maître de Swile est d'avoir, dès sa création, fait le pari de la dématérialisation alors que ses concurrents mettaient à peine un pied dans la numérisation de leurs services. Faciles d'utilisation, ne nécessitant pas de terminal de paiement particulier, les "tickets" ou "chèques" classiques ont longtemps eu la préférence des services de ressources humaines. Une difficulté rapidement contournée par Swile (à l'époque dénommée Lunchr) qui a noué un partenariat avec afin que son titre de paiement soit utilisable sur n'importe quel terminal, de la boulangerie cévenole à la brasserie parisienne.

Venu de la filière tech, Loïc Soubeyrand, cofondateur de Teads (une société de vidéo publicitaire en ligne rachetée par Altice), a rapidement trouvé de prestigieux partenaires -Daphni (Marie Ekeland), Kima Ventures (Xavier Niel), Bpifrance, Idinvest, Index Ventures- ayant injecté 115 millions d'euros pour permettre à la société montpelliéraine de jouer d'emblée les premiers rôles.

Rêves brésilien et méxicain

La crise sa[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi