La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 486,10
    +156,09 (+1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Suzuki le sait : "La blessure de Rins a changé le visage de la saison"

Léna Buffa
·3 min de lecture

Depuis qu' a fait son retour sur le podium, au Grand Prix de Catalogne, le championnat multiforme de cette saison 2020 a encore pris une autre tournure. Suzuki a cumulé trois doubles entrées dans le top 3 en quatre courses, du jamais vu dans son Histoire, et a ainsi décuplé ses chances de titre, à tous les niveaux.

La formation d'Hamamatsu s'est notamment propulsée en tête du classement des équipes, en marquant 30 points de plus que Petronas, qui jusqu'alors dominait. Et elle a aussi pris l'avantage sur KTM et en revenant à seulement huit points de Ducati au championnat constructeurs, le seul qu'elle ne mène pas pour le moment.

Le plus gros coup d'éclat est assurément celui qui a été réalisé au classement des pilotes, puisque pour la première fois en 20 ans un représentant de la marque a pris les commandes. a toutefois marqué un peu moins que son coéquipier sur ces quatre courses, Rins affichant la plus grande réussite du plateau depuis qu'il a donné ce nouvel élan à sa saison.

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP <span class="copyright">Dorna</span>
Joan Mir, Team Suzuki MotoGP, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP Dorna

Dorna

Reste l'épineuse question des consignes, et sur ce point aussi le patron de l'équipe va dans le sens de ses pilotes, qui tous deux ont jusqu'à présent repoussé cette idée. S'il attend du respect en piste et ne veut voir aucune opportunité gâchée par une concurrence interne qui dépasserait les limites de la correction, il souhaite en revanche que chacun joue ses chances jusqu'au bout, "avec ses propres forces".

"Quand les deux pilotes ont la possibilité de se battre pour le titre, cela exclut toute consigne d'équipe", assure Davide Brivio. "La seule stratégie dont nous avons parlé est celle selon laquelle les deux coéquipiers doivent se respecter en piste, être corrects l'un envers l'autre. Suzuki n'aime pas beaucoup les consignes d'équipe, nous avons dit à nos pilotes : que le meilleur gagne."

Lire aussi :

Morbidelli : Le titre ? "Irrationnel ne veut pas dire impossible"

"Si nous devions arriver à la dernière course avec l'un d'eux hors-jeu, alors peut-être que nous en reparlerions. C'est peut-être trop romantique, mais c'est beau de voir un championnat être remporté sans aide, chacun se battant avec ses propres forces. Pour le moment, il n'y aura donc pas de consignes."

"Comme tous les coéquipiers, Joan et Álex sont adversaires entre eux et c'est ce que nous souhaitons", poursuit le directeur de l'équipe, qui affichait ouvertement son souhait de voir une émulation positive se mettre en place entre ses pilotes avant le début de cette saison, Mir apparaissant désormais plus menaçant après sa première année.

"Lorsque nous avons pensé mettre Mir et Rins ensemble, nous étions à la recherche deux pilotes qui se stimulent l'un l'autre car cela les fait progresser tous les deux et permet d'améliorer les résultats de l'équipe", souligne-t-il. Et cette approche n'a pas changé : "Nous souhaitons qu'ils cherchent à finir l'un devant l'autre, qu'il y ait une rivalité sportive, mais nous essayons aussi de leur faire comprendre l'importance de l'équipe. Naturellement, il s'agit d'un sport individuel, chacun court pour soi, mais aussi pour l'équipe et pour Suzuki. Il est important d'avoir l'esprit d'équipe."

Il reste à présent trois Grands Prix pour mettre à l'épreuve l'esprit d'équipe régnant entre les deux pilotes espagnols. Si Mir devait maintenir sa régularité et monter sur le podium lors des chacune de ces courses, trois victoires ne suffiraient pas à Rins pour lui chiper la couronne. Reste à voir ce qu'en diront les autres prétendants au titre, avec trois pilotes Yamaha également en concurrence et un Andrea Dovizioso, certes, abattu, mais pas encore vaincu.