La bourse ferme dans 1 h 48 min
  • CAC 40

    5 781,42
    -1,99 (-0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 349,81
    +1,21 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    29 454,82
    -135,59 (-0,46 %)
     
  • EUR/USD

    0,9662
    -0,0026 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 652,00
    -3,60 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    19 858,88
    +84,28 (+0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,58
    +6,48 (+1,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,45
    +0,71 (+0,90 %)
     
  • DAX

    12 284,55
    +0,36 (+0,00 %)
     
  • FTSE 100

    6 971,54
    -47,06 (-0,67 %)
     
  • Nasdaq

    10 943,81
    +75,89 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 691,66
    -1,57 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0880
    +0,0023 (+0,21 %)
     

Suspension des livraisons de Gazprom: comment Engie pallie les coupures de gaz russe

BENOIT TESSIER

Ce mardi, Gazprom a annoncé son intention de couper ses livraisons à Engie à partir du 1er septembre. L’ex-GDF Suez avait prévu le coup et diversifié ses sources d’approvisionnements. Résultat, l’interruption de gaz russe demain ne devrait pas être trop douloureuse.

Demain, 1er septembre, ne livrera plus de gaz à Engie. Le géant russe évoque un désaccord sur l'application des contrats. Un "prétexte" selon la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, pour qui "la Russie utilise le gaz comme arme de guerre". Vu le contexte conflictuel de ces derniers mois, cette interruption ne constitue pas une réelle surprise. Dans le petit monde du gaz, c’est cependant un tsunami. Car en cinquante ans d’histoire, jamais Moscou n’avait coupé le gaz à la France. Signés dans les années 1970 par l’ex-Gaz de France, les contrats à long terme avec Gazprom avaient toujours été loués pour leur fiabilité. Scrupuleusement honorés, ils avaient résisté à tous les aléas de la guerre froide, à la chute de l’URSS en 1991, en passant par la crise russe sept ans plus tard puis aux guerres frontalières menées par Vladimir Poutine. En 2006, les contrats de fourniture d’Engie avaient été renouvelés jusqu’en 2030. Ils étaient appelés à perdurer encore des lustres.

Mais la guerre en Ukraine a tout chamboulé. Prenant conscience de leur trop grande dépendance vis-à-vis du gaz russe, les Européens . Moscou l’a bien compris et a pris les devants. Jouant au chat et à la souris avec ses partenaires européens, la Russie réduit les productions. En juin, le gazoduc sous la Baltique tournait à 40% de sa capacité. En juillet, on en était à 20%. La faute, paraît-il, à un problème sur un compresseur. Gazprom a de nouveau annoncé ce mercredi 31 août avoir arrêté les livraisons de gaz à l'Europe via le gazoduc Nord Stream 1 pour des opérations de maintenance de trois jours. Poutine vend moins de gaz à l’Europe mais il s’y retrouve car les prix de la molécule ont explosé. Pour les pays qui refusent de payer en roubles, la Russie dispose d’une solution plus radicale. Couper le robinet. La Bulgarie, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas, la Pologne l’ont vécu. C’est désormais au tour de la France.

Eviter la panne de gaz

Par rapport à l’Allemagne et l’Italie, [...]

Lire la suite sur challenges.fr