La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 302,31
    -634,73 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0062 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    26 132,92
    -694,68 (-2,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    634,51
    -5,41 (-0,85 %)
     
  • S&P 500

    3 750,76
    -98,86 (-2,57 %)
     

Suspension du compte Twitter de Donald Trump : Cédric O souhaite "créer un cadre législatif" pour les réseaux sociaux

franceinfo
·1 min de lecture

"Ils interviennent dans le débat public sans aucune supervision démocratique, sans action de la justice, en se référant à leurs seules conditions générales d'utilisation", estime sur franceinfo le secrétaire d'État à la Transition numérique.

Le secrétaire d'État à la Transition numérique, Cédric O, déclare samedi 9 janvier sur franceinfo souhaiter "créer un cadre législatif" et "d'État de droit" pour les réseaux sociaux qui "ne peuvent s'absoudre de leur responsabilité d'être devenues de formidables agoras publiques". Après la suspension par Twitter du compte personnel de Donald Trump, Cédric O s'interroge sur ces réseaux sociaux qui "peuvent décider de censurer quelqu'un suivi par 88 millions de personnes de manière complètement unilatérale". "Ils interviennent dans le débat public sans aucune supervision démocratique, sans action de la justice, en se référant à leurs seules conditions générales d'utilisation", a-t-il estimé.

>> Twitter, Facebook, Google… Comment les géants d'internet ont réduit Donald Trump au silence depuis les violences au Capitole

"Imaginons que Twitter ou Facebook se politise et considère qu'il est de tel ou tel bord politique, explique-t-il. Ils pourraient modifier leurs conditions générales d'utilisation en disant par exemple 'vous n'avez pas le droit de tenir des propos pro-démocrates ou pro-républicains, ou pro- tel ou tel parti en France. Dans ces cas-là, ils censureraient toute une expression sans aucune (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi