La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 406,77
    -530,27 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 350,63
    -275,43 (-2,02 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2112
    -0,0056 (-0,46 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 372,31
    -1 505,73 (-5,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    618,28
    -21,64 (-3,38 %)
     
  • S&P 500

    3 765,88
    -83,74 (-2,18 %)
     

Suspension du compte Twitter de Donald Trump : "Ça pose tout le problème de la puissance de ces réseaux sociaux géants", selon la Quadrature du net

franceinfo
·1 min de lecture

La suspension du compte Twitter de Donald Trump "pose tout le problème de la puissance de ces réseaux sociaux géants", estime samedi 9 janvier sur franceinfo un des membres de la Quadrature du net, Benoît Piedallu. S'il estime "normal" de fermer le compte d'un président qui poste des messages "illégaux d'appel à la haine" et de "désinformation", il se demande pourquoi c'est "la décision de patrons d'entreprises privées".

>> RECIT. Entre complotisme et intérêts personnels, la fin de mandat chaotique de Donald Trump

Pour Benoît Piedallu, les réseaux sociaux "tentent de prendre de plus en plus de pouvoir sur le régalien" et "notre personnel politique les laisse faire, voire les encourage". Cet épisode de la suspension du compte Twitter du président des États-Unis est donc pour lui un exemple de plus de "l'emprise" qu'ont les réseaux géants sur la puissance politique.

"Ces dernières années, Facebook a par exemple pris pas mal de pouvoir sur la question de l'identité numérique, ou encore avec ses messages d'alerte attentat, qui devraient plutôt relever du pouvoir régalien."

Benoît Piedallu, membre de la Quadrature du net

à franceinfo

Toutefois, "on ne peut pas en vouloir à ces grandes plateformes, estime Benoît Piedallu, parce que, finalement, notre personnel politique refuse ce pouvoir et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi