La bourse ferme dans 7 h 38 min
  • CAC 40

    6 693,92
    +28,72 (+0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 951,74
    +16,23 (+0,41 %)
     
  • Dow Jones

    33 849,46
    -497,57 (-1,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0391
    +0,0046 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 770,10
    +14,80 (+0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    15 877,78
    +134,06 (+0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    389,72
    +9,43 (+2,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,86
    +1,62 (+2,10 %)
     
  • DAX

    14 428,79
    +45,43 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 536,80
    +62,78 (+0,84 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,50
    -176,86 (-1,58 %)
     
  • S&P 500

    3 963,94
    -62,18 (-1,54 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • HANG SENG

    18 204,68
    +906,74 (+5,24 %)
     
  • GBP/USD

    1,2058
    +0,0093 (+0,78 %)
     

Pour survivre, le lavage auto joue la carte de la protection de l’environnement

Image © Éléphant Bleu

En période de restriction d’eau, nos concitoyens éprouvent peu de compassion pour les gérants de stations de lavage contraints à la fermeture. Ces derniers tentent néanmoins de démontrer que la mesure ne menace pas seulement l’emploi : elle augmente la consommation d’eau et la pollution des sols.

Entre les professionnels du lavage automobile et les fonctionnaires du ministère de la Transition écologique, le dialogue s’est rompu. La faute à la sécheresse qui persiste depuis le début du printemps dernier. Car avant cet épisode hors-normes, le ministère reconnaissait dans les centres de lavage de véritables alliés dans la lutte contre la pollution des sols, des cours d’eau et des nappes phréatiques. Il est prouvé en effet que laver sa voiture à domicile consomme davantage d’eau qu’en station, là où les polluants sont de surcroît captés pour être traités.

Pour défendre ses intérêts économiques, la filière du lavage auto porte le débat sur le terrain de la protection de l’environnement

Toutefois les arrêtés préfectoraux et les mesures de fermeture des stations de lavage pris depuis le printemps sont venus bousculer cette belle entente. “Pour diminuer la consommation nationale d’eau, le gouvernement a voulu engager des actions concrètes, visibles des électeurs, telle que la fermeture des stations de lavage. Cela s’entend mais le problème est que ces mesures de politique politicienne négligent cette vérité: réduire le nombre de centres de lavage revient à laisser davantage de micropolluants s’écouler dans les cours d’eau et s’infiltrer dans les sols”, dénonce Yves Brouchet, directeur général du Groupe Éléphant Bleu et membre de la commission lavage haute pression de Mobilians.

Alors quoi? Fallait-il laisser les Français laver leur voiture quand certaines communes étaient frappées par des coupures d’eau? Jean-Christophe Rogez le croit fermement. Et pas seulement parce qu’il se doit, en tant que responsable du Réseau Franchise Eléphant Bleu de défendre les intérêts économiques des gérants de stations qui, “pour 90% d’entre elles, sont tenues par des entrepreneurs indépendants”. Lui aussi soutient l’idée que la “filière du lavage auto concourt à la dépollution” du parc automobile. Ce qu’admettait bien volontiers le ministère de la Transition écologique, jusqu’il y a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi