La bourse ferme dans 5 h 32 min
  • CAC 40

    5 599,20
    -12,49 (-0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 588,64
    -10,91 (-0,30 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 833,00
    +3,10 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    30 036,76
    +153,25 (+0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    703,04
    -32,11 (-4,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,31
    -0,05 (-0,10 %)
     
  • DAX

    13 784,95
    -2,78 (-0,02 %)
     
  • FTSE 100

    6 728,14
    -7,57 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3542
    -0,0041 (-0,30 %)
     

Pour survivre à la crise, Alpine se rêve en électrique. Et avec Lotus.

·2 min de lecture

Les amateurs comme les analystes nourrissaient quelques inquiétudes quant à l’avenir d’Alpine. Heureuse surprise, le plan de redressement du Groupe Renault lui affecte de nouveaux moyens, pour engager sa conversion au tout-électrique. Du sport et du SUV.

La feuille de route a été donnée ce matin, 14 janvier, par Luca de Meo. Au cours des cinq prochaines années, le Groupe Renault lancera vingt-quatre nouveaux véhicules, dont au moins dix à motorisation purement électrique. Et dans son ambition de mieux différencier chaque des marques du groupe qu’il dirige dorénavant, Luca de Meo affecte un rôle plus important à la division Alpine, dont certains ne donnaient pas cher de sa peau. "Alpine va sortir du registre nostalgique pour se placer à l'avant-garde", certifie le nouveau patron.

Alpine ambitionne d’être rentable dès 2025, malgré le coût de ses programmes en compétition

Si la “Renaulution” engagée par Luca de Meo tient ses promesses (avec, notamment, un objectif de 3 milliards d’euros d’économies d’ici la fin 2023), le Groupe Renault pourrait effectivement trouver les moyens de faire d’Alpine une marque “compétitive et rentable”.

Lire aussi

Tout en allant se frotter au gratin des écuries de Formule 1 pour se construire une image moins franco-française, Alpine devra assurer la conception et le lancement de trois nouveaux véhicules 100 % électriques basés sur les plateformes CMF-B EV et CMF-C EV de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi : le "crossover" du segment C qu’on attend depuis longtemps (un engin à mi-chemin entre la berline et le SUV) ; une petite sportive du segment B qui combinera sobriété et plaisir de conduire ; ainsi que la remplaçante — électrique elle aussi — de la Berlinette A110 produite depuis 2017.

Très bientôt, Alpine ne produira plus que des voitures 100 % électriques

Cette dernière sera développée par les ingénieurs de Renault Sport Cars, avec le concours leurs homologues de la firme britannique Lotus. Les amateurs de la marque française s’offusqueront de cette association forcée, eux qui tiennent l’efficacité diabolique de l’A110 comme une démonstration suffisante du savoir-faire français en matière de conception et de mise-au-point des châssis.

En vérité, sous la bannière d’Alpine se rassem[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Pour contrer la Fiat 500, Renault relance la R5... en électriqueLa révolution de Renault pour monter enfin en gammeAlpine: les ventes de la sportive tricolore baisseront de 50% en 2020Non, le Renault Captur TCe 270 n'a pas un moteur d'AlpineRenault: Une Alpine encore plus sportive pour contrer Porsche