La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,40 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    30 732,25
    +961,78 (+3,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,91
    +0,62 (+0,88 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,07 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,12 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,87 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Surtaxer les riches n’est pas une solution pour la France, selon l'économiste Philippe Aghion

·2 min de lecture

EDITORIAL. Selon l'économiste Philippe Aghion, le problème est moins dans l’imposition des plus aisés que dans le déficit d’innovation. Pour réduire les inégalités, il faut muscler la concurrence et investir dans l’éducation.

L’annonce de Joe Biden d’une augmentation des impôts sur les revenus et les gains en capital du top 1 % des Américains les plus aisés ranime le débat en France où l’idée de "faire payer les riches" a toujours été populaire. Pourtant, si la crise du Covid-19 a bien creusé les inégalités, elle a aussi illustré combien les Etats-Unis et l’Hexagone ne souffraient pas des mêmes maux et ne sauraient donc adopter les mêmes remèdes. La prouesse de la sortie en un an d’un vaccin avec une nouvelle technologie – l’ARN messager – a montré que les Etats-Unis sont à la pointe de l’innovation. Mais le nombre de morts, le chômage et la pauvreté ont aussi montré combien leur système de protection sociale est défaillant.

Lire aussi

En France au contraire, l’incapacité à produire des sérums anti-Covid a révélé l’ampleur du décrochage en R&D au pays de Pasteur. Mais nos puissants amortisseurs sociaux ont su limiter les dégâts de la crise pour la population.En France au contraire, l’incapacité à produire des sérums anti-Covid a révélé l’ampleur du décrochage en R&D au pays de Pasteur. Mais nos puissants amortisseurs sociaux ont su limiter les dégâts de la crise pour la population.

Aujourd’hui, le grand plan d’investissement annoncé par le président américain pour l’aide aux familles, la scolarisation ou la santé restent bien en dessous des prestations auxquelles ont droit les Français. Et l’imposition des riches pour le financer reste aussi inférieure au niveau des taxes s’appliquant en France aux plus fortunés, même après la réforme de 2017, qui a réduit l’ISF en IFI et l’imposition des revenus du capital à une flat tax de 30 % (voir graphique).

Que faire donc ? Certes, en symbole de solidarité, on pourrait envisager une taxe exceptionnelle sur les très hauts revenus. Mais à une double condition : premièrement, qu’elle soit vraiment prélevée une seule fois (pour rappel, une "contribution sur les hauts revenus" instaurée en 2011 et prétendument temporaire existe toujours) ; deuxièmement[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi