La bourse ferme dans 3 h 16 min
  • CAC 40

    6 760,78
    +6,81 (+0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 991,85
    +7,35 (+0,18 %)
     
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0541
    +0,0012 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 813,40
    -1,80 (-0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    16 205,18
    -183,64 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,34
    -0,81 (-0,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,89
    +0,67 (+0,82 %)
     
  • DAX

    14 561,79
    +71,49 (+0,49 %)
     
  • FTSE 100

    7 543,34
    -15,15 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2275
    +0,0019 (+0,16 %)
     

La surprenante reconversion de Didier Lallement, l'ancien préfet de Paris

Aurelien Meunier/Getty Images

L'ancien préfet de police de Paris se lance dans une reconversion surprenante. Didier Lallement, qui a quitté son poste de préfet de police de Paris en juillet, a été nommé lundi en Conseil des ministres à la tête du secrétariat général de la mer. Nommé "sur proposition de la Première ministre" Elisabeth Borne, il prendra ses fonctions "à compter du 3 octobre", lundi prochain, peut-on lire sur le compte-rendu du Conseil des ministres. Le secrétariat général de la mer (SGMer) est un organisme interministériel placé sous l'autorité de Matignon, dont la mission est de contrôler, d'évaluer et de coordonner la politique maritime du gouvernement.

Didier Lallement, 66 ans, très critiqué pendant ses trois ans et demi à la préfecture de police de Paris (PP) pour sa gestion jugée brutale des manifestations, est visé par deux informations judiciaires au sujet du maintien de l'ordre pendant les "gilets jaunes". La première a été ouverte le 31 août après le dépôt de plainte avec constitution de partie civile de deux figures du mouvement, Priscillia Ludosky et Faouzi Lellouche, qui l'accusent de les avoir mis en danger en les "nassant" et en les empêchant de manifester à Paris en novembre 2019.

La deuxième fait suite à la plainte de l'ex-"gilet jaune" Maxime Nicolle qui dénonce sa "détention arbitraire" lors de son placement en garde à vue en marge du défilé du 14 juillet 2019. Laurent Nuñez, ex-coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, avait succédé en juillet (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Inflation : un responsable de la BCE suggère de taxer les riches et les superprofits
La taxe foncière va bondir en 2023, le bonus écologique sera moins généreux… Le flash éco du jour
Un réseau de centres ophtalmologiques soupçonné d'actes frauduleux
La France va emprunter un montant record à un taux très élevé en 2023
Guerre en Ukraine : la Russie fait campagne sur Telegram pour recruter des volontaires