La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 673,50
    +398,06 (+1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Suppressions de postes: Macron fait volte-face au profit des fonctionnaires

Oubliées les promesses de suppressions de postes faites par Emmanuel Macron en 2017. Selon une étude exclusive de Fipéco, les effectifs des fonctionnaires ont bondi de 112.000 en quatre ans, sous l'effet des "gilets jaunes" et de la crise sanitaire. Et cela continue en 2023.

"Rouvrir des sous-préfectures, c'est remettre du service public au centre du village et la République au cœur de nos vies." Ce 10 octobre 2022, Emmanuel Macron prend des accents lyriques pour inaugurer la sous-préfecture de la petite ville de Château-Gontier (Mayenne), fermée six ans auparavant au profit de celle de Laval.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Alors que François Hollande avait supprimé quelques vieilles sous-préfectures napoléoniennes, Emmanuel Macron fait machine arrière. A la clé, six nouvelles implantations et 48 postes créés en 2023. Un exemple symbolique du revirement complet du président en matière de gestion des fonctionnaires, qu'il veut désormais remettre "sur le terrain". Et cela se voit dans les chiffres. Selon une étude inédite du site Fipéco, dévoilée par Challenges, le nombre d'agents de l'Etat et des collectivités locales a ainsi grimpé de 112.000 de fin 2017 à fin 2021. Soit légèrement plus que sous le quinquennat Hollande.

Lire aussiMacron promet une "vraie décentralisation"

Pourtant, Emmanuel Macron s'était engagé, lors de sa première campagne, à supprimer 120.000 postes dont 50.000 au sein de l'Etat et le reste dans les collectivités. A l'époque, il s'agissait surtout de contrer la surenchère libérale de François Fillon, qui promettait 500.000 agents publics en moins. "Il n'a jamais été un acharné de la baisse des dépenses et des effectifs", décrypte un proche. D'ailleurs, aucun chiffrage détaillé n'avait été mené, et le candidat promettait déjà de recruter des milliers de policiers et d'épargner enseignants et militaires. Une équation insoluble.

Au lieu de la baisse de 120.000 fonctionnaires promise en 2017, les effectifs ont continué d\'augmenter, même si le rythme est resté plus modéré.
Au lieu de la baisse de 120.000 fonctionnaires promise en 2017, les effectifs ont continué d\'augmenter, même si le rythme est resté plus modéré.

Au lieu de la baisse de 120.000 fonctionnaires promise en 2017, les effectifs ont continué d'augm[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi