Marchés français ouverture 8 h 47 min
  • Dow Jones

    30 960,00
    -36,98 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    13 635,99
    +92,93 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    26 708,47
    -781,25 (-2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    653,79
    -23,11 (-3,41 %)
     
  • S&P 500

    3 855,36
    +13,89 (+0,36 %)
     

Suppressions d'emplois chez Michelin: la désindustrialisation française s'accélère

·2 min de lecture

Michelin annonce qu'il supprime 10% de ses effectifs en France. Une conséquence de la chute des marchés automobiles et de la forte concurrence chinoise. Mais c'est aussi la conséquence structurelle de l'effondrement de la production auto tricolore depuis quinze ans.

La France se désindustrialise. Avec pour nouveau signal l'annonce par le fleuron tricolore ce mercredi de la suppression de 2.300 postes dans les trois ans en France. Soit 10% de ses effectifs dans l’Hexagone. Le manufacturier s'engage certes à ce qu’il n’y ait pas de licenciements. Le président de Michelin, Florent Menegaux, promet en effet de procéder "sans fermeture d'usine, aucun départ contraint", à travers "60% de mesures de pré-retraites et 40% de départs volontaires". Il n'empêche. La firme clermontoise avait déjà acté en 2019 la fermeture du vieux site de pneus pour poids-lourds de La Roche-sur-Yon (Vendée). Michelin n'est pas seul à réduire ses effectifs. Son rival japonais avait annoncé à la rentrée dernière la fermeture de l’usine de Béthune (Pas-de-Calais). L’Américain Goodyear avait acté il y a sept ans celle d’Amiens (Somme), après que l’Allemand Continental a mis fin à sa production à Clairoix (Oise) en 2009.

Chute forte des marchés

La nouvelle annonce de Michelin est la conséquence d'une double contrainte. Tout d’abord, la pandémie a fait chuter f automobiles (-25% pour les voitures en France en 2020, -16% pour les utilitaires légers, -25% pour les poids-lourds). Et donc la consommation de pneumatiques. "Il y a de fortes surcapacités de pneus en Europe", indique Michelin. Conjoncturellement, mais aussi et surtout structurellement. Les trois premiers manufacturiers mondiaux - Michelin a ravi la première place en 2019 à Bridgestone , lequel devance Goodyear – "détenaient ensemble 65% du marché mondial il y a vingt ans. Ils en occupent moins de 50% aujourd’hui", précisait Florent Menegaux à Challenges, lors d’une rencontre en septembre dernier à Clermont-Ferrand. Or, cette baisse globale de part de marché des trois grands est imputable… "surtout aux concurrents chinois. Il y a désormais plus de cent manufacturiers chinois", explique le président de Michelin.

En corollaire: une forte pression à la baisse sur les prix de vente. Les pneus chinois, dont la[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi