Publicité
Marchés français ouverture 9 min
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    +282,30 (+0,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    19 648,62
    +95,01 (+0,49 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 507,50
    -33,68 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 368,24
    +13,83 (+1,02 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     

Ce superprédateur à dents de sabre a voyagé sur des dizaines de milliers de kilomètres avant la crise du Permien

Matt Celeskey.

Profitant du déclin d'autres animaux et à la recherche de conditions plus favorables, cet animal s'est déplacé sur plus de 11.000 km à travers le supercontinent de la Pangée.

Il y a environ 252 millions d'années, à la limite du Permien et du Trias, la plus spectaculaire extinction de l'Histoire a rayé de la surface de la Terre près de 95% des espèces marines et 70% des vertébrés terrestres, dont la presque totalité des reptiles. Même les insectes les plus résistants n'y ont pas survécu, ainsi qu'une grande partie des variétés végétales. Les traces de cette extinction qualifiée parfois de "mère de toutes les extinctions", ou chez les anglo-saxons de "Great Dying", peuvent être repérées sans trop de difficultés dans le registre fossile qui voit la diversité s'écrouler. La crise semble s'être étalée sur plusieurs centaines de milliers d'années avec des épisodes d'extinctions sporadiques suivis d'un évènement terminal. Parmi les victimes de ces bouleversements, les grands prédateurs comme le dimétrodon, en Afrique, semblent avoir disparu les premiers. Durant une brève période, c'est un autre animal qui a pris leur place : Inostrancevia.

Un prédateur à dents de sabre, et à l'allure plus "reptilienne" que féline

Inostrancevia fait partie du groupe des gorgonopsiens, des proto-mammifères qui comptent dans leurs rangs les premiers prédateurs à dents de sabre. L'animal en question avait à peu près la taille d'un tigre mais une allure plus "reptilienne" que féline avec notamment une peau proche d'apparence de celle d'un éléphant ou d'un rhinocéros. Les premières (et les seules jusqu'à cette étude) traces de sa présence était en Russie. Mais des paléontologues du Musée Field, à Chicago, sont tombés sur des spécimens d'Inostrancevia bien loin de là : dans le bassin de Karoo, en Afrique du Sud.

PUBLICITÉ

Ce sont les fossiles de deux spécimens qui y ont été retrouvés à plus de 11.000 km de leur habitat précédemment connu ! Surpris par cette découverte, ils ont investigué plus avant et notamment dressé l'inventaire des autres prédateurs de la région et de leur période d'occupation. L'autre gros animal à avoir foulé le lieu est aussi un gorgonopsien de la sous-f[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi