La bourse ferme dans 8 h 28 min
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2082
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 754,30
    +25,50 (+1,48 %)
     
  • BTC-EUR

    38 390,56
    +1 174,52 (+3,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    926,46
    -6,68 (-0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,72
    +1,22 (+1,98 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,01 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 428,51
    +448,30 (+1,55 %)
     
  • GBP/USD

    1,3966
    +0,0044 (+0,32 %)
     

Ce superordinateur japonais a une mission : découvrir l'origine de l'univers

·2 min de lecture

Le Big Bang est l'un des plus grands mystères que l'Humanité tente de résoudre depuis plus d'un siècle. Le superordinateur japonais ATERUI II — le superordinateur le plus rapide du monde dédié aux simulations astronomiques — est à présent lui aussi mis à contribution. Sa tâche consiste à découvrir comment l'univers est passé de rien à l'explosion à un milliard, un milliard de fois sa taille en moins d'un trillionième de trillionième de microseconde, il y a 13,8 milliards d'années. (Un trillion équivalent à un milliard de milliard, ndlt.)

L'équipe de recherche dirigée par Masato Shirasaki — professeur assistant à l'Observatoire astronomique national du Japon (NAOJ) — a utilisé le superordinateur pour créer 4 000 univers simulés. "La méthode peut raccourcir le temps d'observation nécessaire pour distinguer les différentes théories de l'inflation", peut-on lire dans le communiqué de presse. Le phénomène qui consiste à passer de rien à tout est ce que les scientifiques appellent "l'inflation" — la théorie de l'expansion de l'univers à ses débuts. Cela a un impact énorme sur la façon dont les galaxies sont réparties dans l'espace.

À lire aussi — Voyage sur la Lune, photographie du Big Bang... Voici les projets de la NASA pour les 10 prochaines années

Si l'inflation est une partie de l'équation, d'autres faits affectent également la distribution des galaxies, comme la croissance gravitationnelle. Elle peut conduire à la fragmentation des structures gazeuses en astrophysique et en cosmologie et à d'autres variations. Ainsi, Masato Shirasaki et ses collègues ont fait évoluer les 4 000 univers qu'ils avaient mis en place en utilisant uniquement la croissance gravitationnelle.

"Cette méthode peut raccourcir le temps d'observation nécessaire dans les prochaines missions d'étude des galaxies comme SuMIRe par le télescope Subaru de la NAOJ", a déclaré Masato Shirasaki. "En utilisant cette méthode, nous pouvons vérifier les théories de l'inflation avec environ un dixième de la quantité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'ADN le plus vieux au monde découvert sur des dents de mammouth
Le plus grand détenteur de dogecoins est désormais virtuellement milliardaire
Le coronavirus va être injecté à des jeunes en bonne santé pour les besoins d'une étude
L'atterrissage de Perseverance sur Mars, ce sont 'sept minutes de terreur'
Pourquoi Facebook a supprimé les publications des médias australiens