La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    47 022,64
    -1 948,62 (-3,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,29 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    -0,08 (-0,12 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,95 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,42 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,85 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Les supermarchés veulent vendre les autotests anti-Covid-19

·2 min de lecture

Les enseignes de la distribution lorgnent le marché de la santé, sur fond de rivalité avec les pharmaciens. Elles font campagne depuis une semaine pour obtenir l'autorisation de vendre des autotests.

Une tribune dans le quotidien Le Monde, des pages de publicités dans les journaux du week-end, une grande matinale radio... Le président du Comité stratégique des distributeurs E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, a lancé une grande offensive contre la décision "absurde" d'autoriser uniquement les pharmacies () à vendre les de . Motivée par la nécessité de pouvoir disposer des conseils d'un professionnel de santé, cette décision a notamment joué des tours à , qui avait annoncé avoir commandé un million de tests sur ses réseaux sociaux... avant de faire profil bas suite à la décision des autorités sanitaires.

"L'excuse de dire "il faut un accompagnement", ça n'a pas de sens", a balayé jeudi , sur FranceInfo, dénonçant le "corporatisme" des pharmaciens et s'appuyant sur l'exemple des pays voisins: "Ça voudrait dire que les Français sont moins intelligents que les Allemands et les Britanniques?" "En France, il n'y a pas une stratégie d'auto-testing massif, mais de testing par des professionnels, ce que ne font pas les autres pays", rétorque Philippe Besset, président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF), premier syndicat de la profession. La place de l'autotest "est réduite dans la stratégie française".

"On est quand même dans le champ de la santé, il s'agit de dispositifs qui doivent être utilisés sous certaines conditions et par certains patients, ceux qui font des tests itératifs", appuie Gilles Bonnefond, président de l'Union de syndicats de pharmaciens d'officine (USPO), le deuxième syndicat. "Un professionnel peut faire le tri et refuser les ventes, pas sûr qu'il en soit de même dans un supermarché." Signe de l'importance que pourrait prendre ce dispositif, le Conseil scientifique en a recommandé jeudi le déploiement en priorité en milieu scolaire, préconisant notamment "1 à 2 tests par semaine avec une participation d'au moins 75% des élèves" en collège et lycée.

"Mauvaise polémique" ou "produit d'appel"

Ce n'est pas la première fois qu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi