Supermarchés: la fraise française, écrasée par ses coûts de production, va-t-elle déserter nos étales ?

Sp/fraises de France

Le président de l'Association nationale des producteurs déplore des coûts de production en hausse, jusqu'à 20 %, pour les fraisiculteurs. En cause : les coûts des factures énergétiques, de la main d'œuvre et des transports. Dans la grande distribution, personne n'a d'ailleurs intégré de fraises françaises.

En période de baisse du pouvoir d'achat, les consommateurs vont-ils continuer à acheter des gariguettes et ciflorettes récoltées en France ou vont-ils préférer les fraises d'Espagne, vendues deux à trois fois moins cher sur les étals? Ces derniers jours, la barquette de 250 grammes de fraises espagnoles est proposée à 2,50 euros, contre 4,80 euros pour des gariguettes du Sud-Ouest et jusqu'à 8 euros pour celles estampillées Label rouge.

Pour les clients qui veulent le meilleur prix, le choix est vite fait. Dans la grande distribution, personne n'a intégré de fraises françaises. "Contrairement à d'autres fruits et légumes, ce produit peut hélas être parfois considéré comme un achat plaisir, une gourmandise que l'on pourra s'offrir plus tard si l'on surveille son budget", reconnaît Xavier Mas, président de l'Association nationale des producteurs. Voilà pourquoi les fraisiculteurs n'ont pas exigé de hausses de prix par rapport à l'an dernier et consentent même des promotions.

Plus fragiles et plus invendables

"L'année s'annonce très difficile, car les coûts de production sont en hausse de 15 à 20%, déplore Xavier Mas. Nous sommes pénalisés par les coûts de main-d'œuvre et une facture énergétique qui a flambé." Il s'agit des coûts de transport mais également des systèmes de chauffage qui équipent les serres depuis quelques années. Ces installations qui devaient permettre de lutter contre la fraise espagnole se révèlent aujourd'hui pénalisantes.

"Heureusement pour nous, nos variétés sont bien meilleures gustativement que celles importées d'Espagne, dont la principale qualité est de pouvoir voyager et être manipulées sans trop se dégrader", souligne Xavier Mas.

Lire aussiLa filière apicole compte sur Bruxelles pour sauver son miel face aux contrefaçons

C'est le revers de la médaille. Si les fraises françaises sont plus savoureuses, elles sont aussi plus fragiles et invendables si elles ne sont pas achetées dans les trois jours. C'est alors une perte sèche, d'autant qu'il [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi