La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 604,40
    +415,77 (+1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

La supercar électrique carburera Apricale de Viritech à l’hydrogène

Marc Zaffagni, Journaliste
·1 min de lecture

Quoi de mieux pour faire la démonstration de sa maîtrise de la propulsion à hydrogène que de concevoir une supercar ? C’est précisément l’idée de l’entreprise britannique Viritech avec qui vient de dévoiler un concept de supercar électrique à hydrogène baptisé Apricale. Le bolide sera produit à seulement 25 exemplaires à partir de 2023.

Pour le moment, on ne sait strictement rien de ses performances. En revanche, Viritech annonce qu’elle pèsera « deux fois moins lourd que ses concurrentes à batterie » grâce à des réservoirs à hydrogène en graphène qui seront des parties structurelles du châssis monocoque.

Selon Autocar, l’Apricale développera 1 110 ch et coutera 1,5 million de livres sterling (pas loin de 1,8 million d’euros au cours actuel). Sa technologie doit servir de démonstrateur pour le groupe motopropulseur à hydrogène que Viritech souhaite décliner sur le transport poids lourd, l’aviation ainsi que les bateaux. L’entreprise travaille également sur un design de référence de SUV baptisé Tellaro ainsi que sur un camion appelé Jovian.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura