La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 887,42
    +109,66 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    13 463,39
    -288,84 (-2,10 %)
     
  • Nikkei 225

    29 518,34
    +160,52 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,2155
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    -14,99 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    46 843,96
    -805,35 (-1,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 522,87
    -38,42 (-2,46 %)
     
  • S&P 500

    4 209,28
    -23,32 (-0,55 %)
     

La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux

·2 min de lecture

En moins de 48 heures, le projet de Super League de 12 grands clubs européens est presque enterré.

La Super Ligue n'existe plus, selon l'entourage du patron de la Juventus Andrea Agnelli: le retrait des clubs anglais, puis de l'Atlético, suivi du constat d'échec des trois équipes italiennes, a précipité la fin de cette compétition dissidente mercredi, après seulement 48 heures d'existence. Et le football européen espère désormais "rebâtir" son unité.

Par un retournement de situation aussi tonitruant que l'avait été lundi son irruption dans le paysage, ce tournoi privé et quasi fermé, imaginé par de grands clubs pour supplanter l'historique Ligue des champions de l'UEFA, a perdu dix des douze sécesssionistes, 48 heures après son lancement! L'Atlético Madrid, premier club espagnol démissionnaire, a emboîté le pas des clubs anglais mercredi. C'est ensuite l'Inter Milan qui a donné le signal du retrait de tous les clubs italiens. Il ne reste donc plus que le Real Madrid et le FC Barcelone à ne pas s'être mis en retrait !

Les six clubs anglais renoncent

Cette vague de défections a été lancée mardi soir par Manchester City d'abord, puis Arsenal, Liverpool, Tottenham, Manchester United et enfin Chelsea, qui ont tué dans l'oeuf ce projet susceptible d'assurer aux grosses écuries des revenus colossaux grâce à un ticket permanent dans un tournoi quasiment inaccessible aux autres formations du continent.

Andrea Agnelli, l'une des figures de la sécession, n'a pu que se rendre à l'évidence: pour le président de la Juventus, le projet ne peut exister sans les six clubs anglais, a fait fuiter son entourage, alors que le titre boursier de la Juve dévissait à la Bourse de Milan (-12%).

Qui sera le prochain à jeter l'éponge ? Il est "admirable de reconnaître une erreur, et ces clubs ont fait une grosse erreur", a souligné mercredi Aleksander Ceferin, le patron de l'UEFA qui a multiplié les menaces envers les sécessionnistes depuis 48 heures.

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi