Marchés français ouverture 1 h 55 min
  • Dow Jones

    33 781,48
    +183,56 (+0,55 %)
     
  • Nasdaq

    11 082,00
    +123,45 (+1,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 944,14
    +369,71 (+1,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0580
    +0,0020 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    19 823,04
    +372,81 (+1,92 %)
     
  • BTC-EUR

    16 272,58
    +259,69 (+1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,04
    +11,35 (+2,88 %)
     
  • S&P 500

    3 963,51
    +29,59 (+0,75 %)
     

Des super GPS sans satellite capables de géolocaliser au décimètre près en milieu urbain

Les systèmes de géolocalisation actuels, notamment le GPS ou Galileo, peuvent déterminer leur position au centimètre près dans des conditions idéales. Ils utilisent la triangulation en se basant sur le signal émis par des satellites en orbite. Toutefois, en milieu urbain les bâtiments peuvent bloquer ou réfléchir le signal et réduisent la précision à plusieurs mètres. La géolocalisation n’est alors plus assez fiable pour certains usages.

Des chercheurs néerlandais ont mis au point un nouveau système, baptisé SuperGPS, qui permet la géolocalisation en ville avec une précision de l’ordre d’une dizaine de centimètres. Leur article, publié dans la revue Nature, détaille comment réutiliser le réseau de télécommunications mobile en tant que système GPS.

Le système mobile relié à une horloge atomique

SuperGPS utiliserait les antennes mobiles déjà en place. Les satellites GPS contiennent chacune une horloge atomique afin de rester synchronisées. Avec le SuperGPS, une seule horloge atomique suffirait à synchroniser les signaux des antennes, grâce aux liaisons en fibre optique. Pour résoudre le problème du signal réfléchi ou bloqué par les bâtiments, leur système utilise une bande passante très large. En réutilisant le réseau mobile, les chercheurs ont pu découper le signal sur des bandes de fréquences limitées très proches de celles utilisées par les smartphones.

Le SuperGPS offre ainsi un positionnement de l’ordre du décimètre, et une synchronisation à moins d’une nanoseconde. Outre une précision accrue pour les mobiles, ce réseau serait important pour les communications quantiques, ainsi que pour améliorer la fiabilité de la navigation des voitures autonomes en ville.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura