La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    47 891,90
    -4 338,39 (-8,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Suisse : pour plomber le franc, la banque centrale a acheté des devises à tour de bras !

·1 min de lecture

Alors que le franc suisse a eu le vent en poupe en 2020 suite à l'éclatement de la crise du Covid-19, la Banque nationale suisse (BNS) est vite montée au créneau pour éviter une surévaluation trop marquée, avec des interventions à répétition. En 2020, les achats de devises de la banque centrale suisse se sont élevés à 109,7 milliards de francs suisses (99,3 milliards d'euros), a-t-elle indiqué dans son rapport annuel de gestion, l'essentiel de ces achats intervenant au premier semestre lorsque les pressions sur sa monnaie étaient "particulièrement fortes", a-t-elle précisé.

Sur la première moitié de l'année, ces interventions sur les marchés monétaires pour contrecarrer les poussées de fièvre sur sa monnaie ont grimpé à 90 milliards de francs. Par comparaison, ses achats de devises s'étaient limités à 13,2 milliards de francs sur l'ensemble de l'année 2019. L'an passé, "le franc, considéré comme une valeur refuge, a subi à plusieurs reprises de fortes pressions à la hausse", a retracé la banque centrale suisse dans ce rapport, soulignant une fois encore que sa politique monétaire expansionniste avait de nouveau été nécessaire pour éviter que les tensions sur le franc ne s'accentuent.

>> A lire aussi - Trop riche, cette ville suisse baisse ses impôts

"Une forte appréciation du franc aurait fait peser une charge supplémentaire sur l'économie suisse durant la crise", a-t-elle souligné. Au second semestre, les besoins d'intervention ont été moins prononcés, a-t-elle précisé, les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Commerce : des liquidations de stocks hors soldes bientôt autorisées en France ?
Ikea à la barre pour l’espionnage de ses salariés
Thales décroche un contrat pour le contrôle de l’espace Schengen
Etats-Unis : la Fed pourrait relever les taux bien plus vite que prévu, alertent des économistes
Turquie : la livre plonge, Erdogan renvoie le gouverneur de la banque centrale !