Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 945,37
    +110,51 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    17 748,86
    -113,37 (-0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0710
    -0,0038 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 379,16
    -377,04 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 349,12
    -33,55 (-2,42 %)
     
  • S&P 500

    5 473,45
    -13,58 (-0,25 %)
     

Suicide : une étude évalue le moment de l’année et de la journée où le risque est le plus élevé

©iStock

Une étude croisée entre le Royaume-Uni, les Etats-Unis et les Pays-Bas révèle à quelle période de l’année et de la journée les comportements et pensées suicidaires sont les plus élevés.

L’idée peut sembler étrange mais une étude, réalisée par l’université de Nottingham, au Royaume-Uni et repérée par « Pourquoi Docteur », est parvenue à déterminer quels étaient les périodes de l’année et de la journée pendant lesquels le risque de suicide était le plus élevé. Si l’hiver et le ciel gris, souvent associés à la dépression saisonnière, peuvent sembler évidents pour expliquer la hausse du taux de suicide, l’étude montre que ceci est en fait une idée reçue. Dans la revue « Nature Translational Psychiatry », les chercheurs avancent que le printemps et l’arrivée des beaux jours font partie des périodes les plus à risque.

Lire aussi >> Pensées suicidaires : cinq questions à une psychiatre

Une étude sur six ans

Pendant six ans, les scientifiques ont analysé le comportement de plusieurs groupes de personnes, la plupart ayant des tendances suicidaires. Une partie des patients ayant déjà tenté de se suicider, une autre avait exprimé des pensées suicidaires et/ou d’automutilation et enfin, le reste des participants n’avaient aucun antécédent. Les chercheurs leur ont posé des questions sur leur humeur, leur rapport au suicide et à l’automutilation.

PUBLICITÉ

Les résultats montrent que les pensées suicidaires sont élevées au mois de décembre, mais qu’il faut quelques mois pour que ces pensées se concrétisent en comportement à risque, lors d'une période appelée « point de bascule », vers la tentative de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi