Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 613,32
    +67,59 (+0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,82
    -2,02 (-0,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Suicide à Poissy d’un ado qui avait signalé des « faits de harcèlement » : le gouvernement déplore le « drame de trop »

© IStock / CraigRJD

Un nouvel adolescent s’est suicidé à la suite de faits de harcèlement. Alors qu’un nouveau plan contre le harcèlement scolaire a été mis en place à la rentrée, le gouvernement déplore « un drame de trop ». Une enquête administrative est en cours pour déterminer les détails de l’affaire.

« Un drame de trop ». Alors que la lutte contre le harcèlement scolaire était une des priorités du gouvernement, un nouvel adolescent vient de mettre fin à ses jours à Poissy. Dans la foulée, le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 6 septembre qu’une enquête administrative avait été ouverte dans l’objectif de tirer avec « transparence » les enseignements de ce nouveau drame. « Chaque drame est un drame de trop, qui nous rappelle que nous ne sommes toujours pas à la hauteur », a-t-il réagi.

>> Lire aussi :  « En tant que parent, comment réagir quand son enfant est un harceleur ? »

Des faits de harcèlement dénoncés auprès de l’établissement

Le jeune homme avait bien signalé des faits de harcèlement en décembre dernier au sein de l’établissement où il était scolarisé. Cependant, le ministre a expliqué qu’il restait des « points à éclaircir » sur le sujet.  « Il était fait état de brimades et d’injures répétées de la part de plusieurs élèves nommément désignés », a précisé Gabriel Attal dans sa prise de parole. Dans ses déclarations, le ministre a également ajouté que les parents de l’adolescent avaient dénoncé « l’absence de mesures suffisantes prises face à ce harcèlement ». De son côté, l’établissement en question s’est justifié en évoquant, au contraire, un suivi régulier de la situation.

Une « initiative forte » bientôt...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi