La bourse ferme dans 7 h 53 min
  • CAC 40

    5 823,71
    +25,73 (+0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 719,63
    +13,64 (+0,37 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2207
    +0,0039 (+0,32 %)
     
  • Gold future

    1 788,40
    -9,50 (-0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    41 090,98
    -177,66 (-0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 000,34
    +5,68 (+0,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,71
    +0,49 (+0,78 %)
     
  • DAX

    13 992,67
    +16,67 (+0,12 %)
     
  • FTSE 100

    6 673,68
    +14,71 (+0,22 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4149
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Suez-Veolia: Antoine Frérot redonne la priorité aux actionnaires

·2 min de lecture

EDITO - En lançant son OPA sur Suez, le PDG de Veolia fait le choix de la démocratie actionnariale. Contre la position de Bruno Le Maire, mais aussi en contradiction avec ses choix profonds.

Qui va décider ? Les hostilités les géants mondiaux de l’environnement, à qui doit revenir le dernier mot : aux actionnaires de Suez, convoité par Veolia, qui seront convoqués en assemblée générale d’ici fin juin ; à la justice, qui doit statuer le 18 février sur l’OPA hostile, bloquée en référé ; aux autorités de marché, qui ont un mois pour se prononcer ; ou au ministre de l’Economie et des Finances, ?

Lire aussi

, le pourtant placide PDG de , a brûlé ses vaisseaux en déposant son projet d’offre sur les 70,1 % de Suez dont il ne dispose pas, rompant ainsi son "engagement inconditionnel à ne pas déposer d’offre hostile", pris il y a quatre mois. Il faut dire que a bien profité de la période pour tout faire et tenter de se soustraire à l’emprise de son concurrent . Comme si dans un couple essayant de se rabibocher, un des conjoints continuait allégrement à vivre ses aventures ailleurs. Frérot a certes en apparence la lenteur et la robustesse d’un diesel, mais il a la sagesse et la sagacité d’un amoureux des Arts premiers. Sa seule échéance, il la connaît : l’assemblée de Suez, d’ici la fin du premier semestre. Là, les actionnaires se compteront ; là, ils décideront éventuellement de renverser le conseil s’ils jugent que les administrateurs ont joué contre leurs intérêts. Ne sont-ils pas, après tout, les propriétaires ?

Démocratie actionnariale

Ce choix de la démocratie actionnariale va pourtant à l’encontre de toutes les thèses développées depuis plusieurs années par le PDG, par ailleurs président de l’Institut de l’entreprise. Dans cette enceinte et ailleurs, un Antoine Frérot assez visionnaire fait souvent l’apologie d’une entreprise "qui est d’intérêt général, et ne sert pas seulement les intérêts des patrons et des actionnaires", faute de quoi le capitalisme court à sa perte. Au premier rang des "parties prenantes qui doivent trouver leur compte", évidemment les salariés, et ceux de Suez , plaçant son PDG dans une contradiction que tous les placards publicita[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi