Marchés français ouverture 1 h 53 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 132,25
    -150,78 (-0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0354
    -0,0051 (-0,49 %)
     
  • HANG SENG

    17 159,99
    -413,59 (-2,35 %)
     
  • BTC-EUR

    15 622,81
    -478,00 (-2,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,91
    -3,75 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Suez, Niel, Eutelsat... Le Royaume-Uni est devenu une proie pour les entreprises françaises

Fabrizio Bensch

La baisse de la livre fait les affaires des entreprises françaises. Suez, Xavier Niel, Schneider ou Eutelsat font des emplettes de plusieurs milliards outre-Manche. Cette offensive inédite depuis 2013 pourrait bien alimenter le souverainisme britannique.

Présenté par le gouvernement de la nouvelle Première ministre , le – 150 milliards d’euros d’aides publiques et 45 milliards de baisses d’impôts – est si peu crédible que la Banque d’Angleterre - qui a remonté ses taux- doit pour calmer la défiance des marchés financiers. Le scénario d’une intervention du – comme en 1976 –, évoqué il y a quelques jours par la Deutsche Bank, devient un peu moins improbable.

Assaut inédit depuis 2013

En plein maelstrom, les entreprises françaises ont lancé un assaut inédit sur le Royaume-Uni: Suez se paye la puissante filiale britannique que lui avait arrachée Veolia, , le champion de la tech de Cambridge, Xavier Niel (Iliad) s’invite au capital de Vodafone et , les fiançailles ayant déjà été scellées cet été. Il faut dire que la baisse de la livre face à l’euro offre un discount et que les Britanniques ne cultivent pas le souverainisme économique. Mais les temps changent. Le tient scrupuleusement la liste des emplettes françaises – "les plus importantes depuis 2013" – et le parti conservateur est de moins en moins libéral.

Le parti conservateur gagné par le souverainisme

Une campagne a été lancée pour que le fabricant de microprocesseurs ARM revienne au pays, ou au moins au Stock Exchange. En 2016, Liz Truss s’était réjouie du fait qu’il soit vendu au fonds asiatique SoftBank. Côté français, les acquisitions ne datent pas d'hier. L'an dernier , en 2018 c'est , et en 2011 . Des opérations qui étaient passées comme des lettres à la poste. Demain cela ne sera peut-être pas pareil.

Les derniers gros "deals" franco-britanniques

Le 26 juillet, "un protocole d'accord" a été signé . La fusion est destinée a contrer la constellation de satellites de l'américain Starlink, contrôlé par Elon Musk (SpaceX). L'idée est de faire une fusion "entre égaux", chacun disposant de 50% du capital, valorisant OneWeb à 3,4 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros). Eutelsat est déjà actionnaire de OneWeb à hauteur de 23%.

Le 20 septembre, , dont i[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi