La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2117
    -0,0052 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 855,27
    -1 060,05 (-3,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    628,91
    -11,01 (-1,72 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

De la sueur pour alimenter sa montre connectée

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

Pour alimenter nos accessoires et vêtements connectés, il existe différentes pistes de recherche dont l’utilisation de l’énergie cinétique produite par les mouvements du corps. Toutefois, des chercheurs de l’université nationale de Singapour ont créé une nouvelle approche qui pourrait recharger de petits appareils grâce à un film capable d’absorber la sueur pour être ensuite utilisée pour générer un courant électrique.

Ce nouveau film permet de rafraîchir le corps pendant l’exercice physique. Il accélère l’évaporation de la transpiration, réduisant ainsi la température de la peau, et absorbe ensuite cette humidité. Le film est composé principalement de deux substances hygroscopiques (qui absorbent l’humidité de l’air) : la chlorure de cobalt et l’éthanolamine. Une fois saturé, il suffit de l’exposer à la lumière du soleil pour qu’il rende l’eau absorbée. Il peut ainsi être régénéré et réutilisé une centaine de fois.

Utiliser la transpiration absorbée pour générer de l’électricité

Les scientifiques ont ensuite créé un système de récupération d’énergie portable composé de huit cellules électrochimiques, chacune intégrant le film en tant qu’électrolyte et produisant une tension de 0,57 volt. Selon les chercheurs, le système est tout juste suffisant pour alimenter une LED. Toutefois, il s’agit pour l’instant d’une simple preuve d'un concept qui pourrait être utilisé à l’avenir pour alimenter des accessoires connectés.

Les chercheurs ont associé le film à des membranes afin de l’intégrer aux vêtements, notamment sous les aisselles, ou encore pour créer des semelles et doublures pour les chaussures. Le porteur reste ainsi au sec et sans mauvaise odeur. Comparé à d’autres matériaux similaires, ce nouveau film peut absorber 15 fois plus d’humidité, et ce, six fois plus rapidement. De plus, la couleur du film permet de savoir lorsqu’il est saturé. Il passe du bleu au rose, en passant par le violet, au fur et à mesure qu’il absorbe de l’humidité. Les chercheurs comptent...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura