La bourse ferme dans 2 h 12 min
  • CAC 40

    6 183,00
    +13,59 (+0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,37
    -1,47 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,00 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 738,60
    -6,20 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    50 853,28
    +437,14 (+0,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 295,39
    +67,85 (+5,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,64
    +1,32 (+2,23 %)
     
  • DAX

    15 259,34
    +25,18 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    6 902,84
    -12,91 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,89 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 538,73
    -229,33 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    28 453,28
    -245,52 (-0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3757
    +0,0051 (+0,37 %)
     

Le succès vaccinal en Israël dope Netanyahou

·2 min de lecture

A une semaine des élections législatives, le Premier ministre israélien surfe sur le retour à une vie normale pour faire oublier ses déboires judiciaires.

"Il faut un changement drastique", lance un chauffeur de taxi à Jérusalem. Veut-il en finir avec Benyamin Netanyahou, au pouvoir depuis douze ans? Il précise sa pensée: "Il faut réformer la justice. De quel droit, les juges se mêlent-ils de tout?"

Donc, pour lui et bien d'autres, pas question de changer de Premier ministre, même si ce dernier est inculpé de fraude, abus de confiance et corruption. La justice ne voulant pas interférer dans le processus électoral, elle a reporté au 5 avril les premières auditions.

Lire aussi

Risque d'impasse politique

A l'inverse, depuis trente-sept semaines, des milliers d'Israéliens manifestent tous les samedis soir devant les résidences officielle et privée du Premier ministre, en réclamant son départ. "On n'abandonnera pas tant que tu ne démissionneras pas", est le slogan écrit sur le tee-shirt d'Ayelet, 61 ans, venue spécialement de Tel-Aviv. A ses côtés, Roni, 23 ans, étudiante en droit, martèle "qu'il faut changer pour revenir aux valeurs d'une vraie démocratie". Selon un récent sondage, 61% des Israéliens sont convaincus que rien de clair ne sortira des urnes. Le scrutin du 23 mars risque de déboucher sur une nouvelle impasse politique. Et le pays reste fondamentalement divisé entre les pros et les antis "Bibi". Le camp des antis, majoritaire, est composé de nombreux partis qui auront du mal à s'entendre.

Quant à Netanyahou, il est à la recherche de nouveaux alliés. "C'est un animal politique époustouflant, il va encore nous sortir un lapin de son chapeau", pronostique un diplomate étranger. Pour la journaliste Tal Shalev, spécialiste de politique étrangère, "Netanyahou veut avoir une campagne de portée internationale. Lors des trois derniers scrutins, Trump était là. Cette fois, il est porté par le succès de la vaccination. C'est pourquoi il évoque tant ses discussions avec les sociétés pharmaceutiques et sa relation étroite avec Albert Bourla, le PDG de Pfizer."

Lire aussi

Invité en Israël le 8 mars, celui-ci a finalement a [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi