La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    45 497,72
    -5 967,23 (-11,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

En Suède, annulation du lancement d'un ballon scientifique destiné à refroidir artificiellement le climat

·1 min de lecture

Sous le feu de nombreuses critiques, des scientifiques américains et un centre spatial en Laponie suédoise ont annoncé mercredi 31 mars l'annulation du lancement d'un ballon dans le cadre d'un projet controversé de recherche sur la "géoingénierie" solaire visant à refroidir artificiellement le climat. Selon les plans d'une équipe de l'université de Harvard, ce ballon à haute altitude devait être lancé en juin depuis le petit centre spatial Esrange près de Kiruna, au nord du cercle Arctique en Suède, dans le cadre du projet baptisé "SCoPEx" ("Stratospheric Controlled Perturbation Experiment").

Son objectif ? Mener des essais dans la stratosphère — sans relâcher dans un premier temps de matière — en vue d'autres lancements visant eux à tester à très petite échelle une technique de refroidissement artificiel de l'atmosphère, en diffusant une quantité expérimentale (moins de 2 kilos) de particules de matière pour atténuer l'effet des rayons du soleil. S'inspirant des effets climatiques des éruptions volcaniques, la technologie mérite d'être étudiée pour combattre un réchauffement climatique devenant incontrôlable, selon ses défenseurs.

À lire aussi — Les catastrophes climatiques ont causé 210 Mds$ de dégâts en 2020

Mais le projet, comme la géoingénierie en général, a suscité d'importantes inquiétudes, y compris chez des scientifiques mais aussi chez des organisations environnementales, qui jugent la technologie dangereuse et très risquée à maîtriser. "Il n'y a pas de consensus international (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : voici les effets secondaires des vaccins en fonction de son âge et de son sexe
Uber condamné à verser 1,1M$ à une passagère aveugle américaine refusée 14 fois
Le dogecoin flambe après qu'Elon Musk a annoncé l'envoi de la cryptomonnaie 'sur la Lune'
La Russie exige que tous les smartphones du pays soient vendus équipés de logiciels russes
Canal de Suez : comment une super Lune a joué un rôle crucial dans la remise à flot de l'Ever Given