La bourse ferme dans 1 h 55 min
  • CAC 40

    6 692,00
    -4,96 (-0,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 953,85
    -2,68 (-0,07 %)
     
  • Dow Jones

    33 995,98
    +48,88 (+0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0511
    +0,0013 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 789,20
    +7,90 (+0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    16 191,79
    -302,34 (-1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,30
    -0,51 (-0,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,40
    -0,53 (-0,69 %)
     
  • DAX

    14 424,68
    -22,93 (-0,16 %)
     
  • FTSE 100

    7 548,81
    -18,73 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    11 219,65
    -20,28 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    3 999,61
    +0,77 (+0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2193
    -0,0001 (-0,00 %)
     

Streaming : l'épineuse survie de Salto après le retrait attendu de M6, TF1 et FTV

Le retrait de ses trois actionnaires officieusement acté, comment sortir avec grâce, tout en limitant leur paume? L'équation est encore bien plus sioux qu'il n'y parait. Au départ, Salto se voulait la riposte tricolore aux géants US. Explications.

" Personne ne pouvait s’en sortir seul, et il n’y a pas de bonne sortie", lâche l’un des trois actionnaires. Le 17 novembre, lors d’un conseil de surveillance, TF1 et M6 ont acté leur retrait de Salto, leur plateforme streaming commune avec France Télévisions. La télévision publique, depuis l’hiver 2021, est aussi sur le départ. Delphine Ernotte, sa présidente, l’a encore confirmé il y a quelques jours, dans les colonnes du Figaro : "Salto atteindra bientôt le million d’abonnés, deux ans seulement après son lancement. Il a fait la démonstration qu’il avait de la valeur, mais pas avec l’actionnariat qu’il a aujourd’hui."

Le risque de la coquille vide

Reste à tout orchestrer. Vendre ? Avec 750.000 abonnés payants et quelque 50 millions d'euros de chiffre d'affaires, selon nos informations, alors qu’elle n’est pas distribuée par les grands opérateurs télécoms, Salto "n’a pas démérité", martèle ce même actionnaire. Bouygues est à ce jour le seul opérateur à distribuer la plateforme.

Son parc, en cohérence avec ses contenus et son prix, toucherait plus ou moins la cible visée au départ : grand public, un brin plus jeune, plus féminin, moins parisien et moins CSP+ que la moyenne des plateformes payantes.

La PDG de France Télévisions Delphine Ernotte lors de la présentation de la grille des programmes, le 23 août 2018 à Paris   Crédit : AFP/Archives - BERTRAND GUAY
La PDG de France Télévisions Delphine Ernotte lors de la présentation de la grille des programmes, le 23 août 2018 à Paris Crédit : AFP/Archives - BERTRAND GUAY

Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions.

Mais encore faut-il ne pas s’offrir une coquille vide. Le succès, même relatif, de Salto repose beaucoup sur les exclusivités fournies par le trio TF1-M6-France Télévisions : diffusion en avant-premières, making-of et coulisses des tournages, épisodes inédits… autant de bonus pour attirer le chaland. Seulement voilà : aujourd’hui plus que jamais, chacun des acteurs cherche a besoin de pousser sa propre plateforme. Vite.

Monétiser des contenus ?

Comment continuer à habiller Jacques sans trop déshabiller Paul ? "La clé, ce sont les programmes, confirme l’un d’entre eux. Une émission qui cartonne, autant la mettre chez soi !" A l’image de Warner Bros qui a un temps voulu réserver la série Friends, blockbuster universel, à[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi