La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 336,01
    +305,90 (+0,96 %)
     
  • Nasdaq

    11 885,78
    +215,83 (+1,85 %)
     
  • Nikkei 225

    27 419,61
    -47,00 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0902
    +0,0037 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    20 049,64
    +458,21 (+2,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    26 095,45
    -227,44 (-0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    622,61
    +25,15 (+4,21 %)
     
  • S&P 500

    3 984,22
    +47,25 (+1,20 %)
     

La stratégie de TikTok pour redorer son image en Europe

Justin Sullivan/AFP

Etats-Unis, Royaume-Uni, Union européenne... TikTok fait face à une défiance croissante à travers le monde, sous la menace même d'interdiction pure et simple dans certains pays. Pour redorer son image, le réseau social chinois se cherche un "partenaire tiers" européen, comme il l'a fait avec Oracle aux Etats-Unis.

Alors que les Etats-Unis envisagent l'interdiction pure et simple de TikTok sur leur territoire, l'Union européenne s'alarme des multiples risques liés à l'utilisation du réseau social préféré des adolescents par 150 millions de ses concitoyens: désinformation, addiction, captation massive de données, non-respect de la vie privée… Emboîtant le pas à la Commission européenne, le Parlement a demandé à ses employés de désinstaller l'application de leur téléphone personnel.

L'autorité irlandaise de la protection des données, qui soupçonne TikTok d'enfreindre la législation européenne en matière de données (RGPD), va, elle, prendre des décisions le concernant dans l'année. Et en France, le Sénat a ouvert une commission d'enquête à l'initiative de Claude Malhuret, président du groupe Les Indépendants.

Lire aussiComment Tiktok échafaude sa campagne de lobbying en France

Des garanties pour la protection des données

Dans une opération de câlinothérapie envers Bruxelles, le groupe ByteDance, propriétaire de TikTok, a annoncé le 8 mars la mise en place d'un dispositif baptisé Clover. Ce projet, d'un montant de 1,2 milliard d'euros, cumule plusieurs couches protectrices autour des données européennes. Des garanties géographiques, d'abord. Au lieu d'être envoyées à Singapour, les données des Européens resteront sur le continent, dans trois data centers, dont ByteDance a annoncé la construction, en Irlande et en Norvège.

La deuxième protection va bien au-delà: ByteDance veut opérer avec un "partenaire européen tiers", dont le nom n'a pas encore filtré. Ce chaperon "contrôlera les flux de données, fournira des vérifications indépendantes et signalera tout éventuel incident", précise ByteDance.

Une réponse technique et pas politique

Ce projet est le pendant du Project Texas, un partenariat à 1,5 milliard de dollars entre TikTok et l'éditeur de logiciels américain Oracle, visant à déployer des mesures de protection autour des données américaines. Arguant de son expérience, l'éditeu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi