Marchés français ouverture 2 h 32 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    26 007,05
    -564,82 (-2,13 %)
     
  • EUR/USD

    0,9557
    -0,0040 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 442,59
    -417,72 (-2,34 %)
     
  • BTC-EUR

    19 636,03
    -1 468,66 (-6,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    429,21
    -29,93 (-6,52 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

Strasbourg : Le Crous lance un jeu indigeste pour faire gagner des repas gratuits

Strasbourg : Le Crous lance un jeu indigeste pour faire gagner des repas gratuits

PRECARITE ETUDIANTE - Plusieurs syndicats étudiants ont bondi en voyant le Crous de Strasbourg proposer de gagner jusqu’à deux mois de repas gratuits au restaurant universitaire

Le jeu s’est terminé plus tôt que prévu. Mardi matin, le Crous de Strasbourg a mis fin à un concours lancé la veille avec le service d’insertion professionnelle de l’université. Son principe était simple et classique sur les réseaux sociaux : contre des partages, des abonnements et des likes, il était possible de remporter des lots. Sauf que ceux-ci n’étaient autres, pour deux chanceux tirés au sort, que… « deux mois de repas gratuits au Crous ».

Cette récompense a suscité l’indignation de plusieurs organisations estudiantines. Dont l’Union nationale des étudiants de France (Unef). « Avec d’autres on a réagi car c’est scandaleux d’utiliser la précarité étudiante comme un outil marketing », lance à 20 Minutes Jules Gori, le référent de l’Unef dans la capitale alsacienne. « On n’a pas le droit de jouer avec l’alimentation alors que certains étudiants font actuellement la queue dans des distributions gratuites ou sautent des repas par manque de moyens. »

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Nantes : La nouvelle école de design débarque avec ses 1.650 étudiants
Dix labos énergivores dans le viseur de l’université de Bordeaux
Crise de l’énergie : Deux semaines de fermeture de l’université de Strasbourg, « c’est la double peine »