Marchés français ouverture 4 h 43 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 746,49
    -5,13 (-0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,1285
    -0,0034 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    23 877,40
    -203,12 (-0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    50 854,51
    +2 384,88 (+4,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 431,46
    -23,95 (-1,65 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

Stop aux menaces de l’extrême droite visant les journalistes

·2 min de lecture

TRIBUNE - Menaces de mort, appels au viol, insultes, cyberharcèlement... A cinq mois de l’élection présidentielle, plusieurs journalistes couvrant l’actualité de l’extrême droite font face, ces dernières semaines, à une violence d’une rare intensité. 35 sociétés de journalistes expriment leur plus vive inquiétude.

A cinq mois de l’élection présidentielle, alors que les actes de menaces et intimidations se multiplient contre la presse, 35 sociétés de journalistes expriment leur plus vive inquiétude et interpellent le gouvernement ainsi que l’ensemble des forces politiques.

Menaces de mort, appels au viol, insultes, cyberharcèlement sur les réseaux sociaux, interdictions de couvrir des événements politiques, intimidations lors des manifestations… Plusieurs journalistes couvrant l’actualité de l’extrême droite font face, ces dernières semaines, à une violence d’une rare intensité, totalement inacceptable, ayant pour dessein d’entraver leur travail.

Lundi 15 novembre, dans des messages d’un groupuscule néonazi leur accolant une cible sur la tête, au milieu de dessins racistes censés représenter des musulmans, des juifs et des noirs.

Lors d’une réunion publique d’Eric Zemmour, le 12 novembre à Bordeaux, les journalistes de Sud Ouest ont été interdits d’accès. Cette position a été assumée par l’équipe d’Eric Zemmour en la justifiant par le traitement journalistique du quotidien régional d’un événement précédent. A Mediapart, une journaliste couvrant l’extrême droite fait face, depuis plusieurs semaines, à une vague d’appels au meurtre et au viol, depuis la publication d’une enquête sur des youtubeurs d’extrême droite.

Nous, sociétés de journalistes, interpellons le gouvernement de Jean Castex et l’ensemble des forces politiques pour qu’ils défendent réellement la liberté d’informer et prennent enfin la mesure de la gravité de la situation à la veille d’une échéance politique cruciale.

Signataires : les sociétés des journalistes, sociétés des rédacteurs et du personnel de l’Agence France-Presse, Arrêt sur images, BFM TV, Challenges, Courrier international, les Echos, le Figaro, France 2, France 3 national, Franceinfo.fr, France Info TV, l’Express, l’Humanité, le Journal du dimanche, LCI, Libération, JT de M6, Marianne, Mediapart, le Media TV, Midi libre, le Monde, NRJ Group, l’Obs,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles